fbpx
En cours de lecture
Journal de bord : Arty à Dinard, jour 3 et Palmarès

Journal de bord : Arty à Dinard, jour 3 et Palmarès

Du 29 septembre au 3 octobre, le Dinard Festival du Film Britannique met en lumière le meilleur du cinéma d’outre-Manche. On te donne un aperçu de ce qu’il se passe au jour le jour au Palais des Arts et du Festival et ses alentours.

4ème jour de compétition, et soirée de clôture en approche. Avant de te révéler demain le palmarès et te parler du tout nouveau Edgar Wright, Last Night in Soho, voici un avant-dernier rapport sur les événements dinardais du samedi 2 octobre.

La section thématique It’s Teen Spirit, on l’avait pressenti, ne nous aura décidément pas déçus – voir la première projection (qui sont souvent les meilleures, apparemment).

  • Days of the Bagnold Summer, réalisé par Simon Bird : énième pépite de la section sur l’adolescence, voici la crise d’ado ultime, la vraie, d’une justesse hallucinante, drôle, percutante, exceptionnellement rythmée – et son versant opposé, la maladresse d’une mère célibataire dépassée par la rébellion sans but de son fils.
  • To the Moon, réalisé par Tadhg O’Sullivan : ce documentaire expérimental emploie des archives cinématographiques de tous horizons pour déclarer sa flamme à la lune, ce satellite tout rond qui orbite quotidiennement autour de nous. Joli et poétique ; on n’est cependant pas certains de ce qu’il faisait dans la section Irish Eyes in Dinard ?
  • The Reason why I jump, réalisé par Jerry Rothwell : un documentaire touchant adapté du livre de l’auteur autiste Naoki Higashida, qui tente de percer les mystères et bouleverser les préjugés et fausses idées autour de la maladie.
  • The Tiger who came to tea, réalisé par Robin Shaw : un joli court métrage d’animation aux teintes d’aquarelle sur un félin complaisant et particulièrement vorace qui s’invite un après-midi chez la jeune Sophie.
L’alchimie de jeu et l’antagonisme à l’écran des deux comédiens est fabuleuse. Ajoutons-y l’ambiance estivale lancinante des chansons de Belle & Sebastian, et on tient notre grand gagnant du 32ème DFFB

Le Palmarès complet

Hitchcock d’or Ciné + / Prix du Public : attribués à Limbo, réalisé par Ben Sharrock : la salle était ravie, et le jury de Bérénice Bejo s’est prononcé à l’unanimité pour ce film « bouleversant, terriblement juste, qui a continué de les faire discuter longtemps après la séance. » Un grand bravo à toute l’équipe du film et au producteur venu chercher les deux récompenses.

Meilleure interprétation : beaucoup d’émotion pour Nika McGuigan & Nora-Jane Noone (Wildfire, Cathy Brady). On te parlait du film « parfaitement habité par les deux comédiennes », et on ne s’y était pas trompé. Le jury a également ressenti leur passion et rendu un hommage posthume à Nika, malheureusement décédée pendant la post-production du long métrage.

Prix Spécial du Jury : on félicite Sweetheart, de Marley Morrison, que l’on trouvait « superbe, drôle et feel good« , et on continue d’espérer une prochaine sortie en salle, aux côtés des autres films de la section It’s Teen Spirit qui a cette année tout décroché sur son passage.

Prix du Public Shortcuts : l’équipe d’Arty et son flair légendaire avait prévu le coup, c’est bien Bound de Joe Carter qui repart avec cette jolie récompense. Bon, on se vante, mais ce n’était vraiment pas difficile : le court métrage a été applaudi et ovationné en plein milieu de séance…

La présidente du jury Bérénice Bejo, aux côtés du producteur Angus Lamont (Limbo) et de la réalisatrice Cathy Brady (Wildfire)

Dinard, c’est fini ! Une superbe édition marquée par une programmation extrêmement riche, du vent, une belle fréquentation du public en salle, beaucoup de rires, de la pluie, des galettes au saumon fumé et un peu de soleil au milieu, quand même.

On te donne rendez-vous en 2022 pour la 33ème édition de ce très chouette festival de fin d’été, qui promet d’année en année toujours plus de découvertes cinématographiques.

FESTIVAL DU FILM BRITANNIQUE DE DINARD
Du 29 septembre au 3 octobre 2021
Dans les salles Debussy, Balneum, Emeraude, Stephan Bouttet, et au Familial de St Lunaire
Toutes les infos disponibles ici

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet