fbpx
En cours de lecture
10 clips sortis cet été à (re)découvrir de toute urgence

10 clips sortis cet été à (re)découvrir de toute urgence

Les vacances sont-elles vraiment vouées à ne rester qu’un lointain souvenir ? C’était sans compter sur notre session de rattrapage des clips d’août, qui joue les prolongations estivales en images et musique.

Après notre traditionnelle session de rattrapage des albums de l’été, voici venue l’heure de (re)découvrir les clips qui nous ont glissé entre les mains pendant qu’on était occupé à faire bronzette.

Nos trois petits Poucets de la rédaction indiquent le chemin à suivre en essaimant leurs grains de sable : le funk brûlant de Bruno Mars et Anderson .Paak, la pop festive de Tora et la néo-soul déjantée d’Arlo Parks. Sans oublier nos 7 autres coups de cœur qui perpétuent, eux aussi à leur manière, les ondes régénatrices de l’été.

Bruno Mars, Anderson .Paak, Silk Sonic – Skate

Réalisé par Bruno Mars et Florent Dechard

Silk Sonic, le duo formé par les deux légendes Bruno Mars et Anderson .Paak, recharge nos batteries de soleil et de vacances avec le clip de Skate. La recette est efficace : costumes seventies, chorégraphies rétro et danseuses en patin devant les musiciens, tous en lunettes teintées. Après le succès immédiat de leur premier single en duo, Leave The Door Open, les deux génies du groove reviennent avec un summer hit illustré par une esthétique nostalgique. Loin d’être ringard, l’étalonnage sépia et les décors de carte postale sont délicieusement old-school. De quoi nous faire patienter jusqu’en 2022, année de la sortie de leur album An Evening with Silk Sonic… On a hâte.

Chroniqué par Eva.

Tora – Call On Me

Réalisé par Bob Sizoo & Najim Jansen

Porte-étendard du dernier album du groupe australien Tora, l’attirant Call On Me synthétise musicalement tout le savoir-faire d’un quatuor rompu à l’exercice de l’élégance pop. Le clip de Bob Sizoo et Najim Jansen rajoute une dimension esthète par son bal de lumières et de danse, imageant les trajectoires croisées de personnages qui se poursuivent d’un bout à l’autre d’une ville inconnue, jusqu’à se perdre dans la nuit pour rompre la monotonie quotidienne. Un certain reflet de nos existences capturé avec poésie.

Chroniqué par Marin.

Arlo Parks – Too Good

Réalisé par Bedroom

S’il y avait bien une artiste à découvrir, re-découvrir, écouter et regarder cet été, ça ne pouvait être que la jeune britannique Arlo Parks. Le clip de Too Good est un huit clos pop, coloré et déjanté, qui on l’avoue, nous donnerait presque le tournis. La chanteuse nous prouve une nouvelle fois qu’elle a l’avenir devant elle et n’a pas fini de nous surprendre.

Chroniqué par Leola.

Malik Djoudi – 2080 (Live à Chaillot)

Réalisé par Xavier Reim

Il est totalement impossible de ne pas tomber sous le charme de la voix de Malik Djoudi. À la fois douce, aérienne et puissante, portée par une rythmique qui groove, la session de son titre 2080 réalisée par Xavier Reim devait absolument terminer dans notre sélection. Malik Djoudi au Théâtre National de la Danse avec une guitare et une basse, des claviers, un batterie et un saxophone, que pouvait-on demander de plus ? On ferme les yeux et on se laisse porter par la musique, jusqu’à La Cigale, où l’artiste nous donne rendez-vous le 25 novembre.

Chroniqué par Leola.

Eyedress – Chad and Gordy

Réalisé par Phil Nisco

Si on a adoré son nouvel album, Mulholland Drive, il fallait s’attendre à ce qu’on pâme aussi devant le clip de Chad and Gordy. Eyedress est de retour, et il était impensable de ne pas mettre ce clip dans notre sélection. C’est un micro court-métrage avec King Krule à la production, parfait pour un ride sous les rayons de soleil qui percent enfin en septembre, ou pour les réveils un peu plus compliqués. Là aussi, on se perd volontairement à travers les images capturées par Phil Nisco… Et ça fait du bien.

Chroniqué par Leola.

Nina Kraviz – Skyscrapers

Réalisé par Nina Kraviz

Pas besoin d’en faire beaucoup pour que Nina Kraviz parvienne à envoûter ; à peine suffit-il que l’égérie techno se prête au jeu du regard caméra, au sommet d’un building de Dubaï, les lumières de la ville clignotant en contrebas. Première sortie solo majeure de l’artiste depuis 2019, Skyscrapers voit la productrice originaire de Sibérie s’aventurer vers de nouvelles contrées pop, et fait rare, pousser la chansonnette. C’est validé.

Chroniqué par Marin.

OJOS – Le volcan qui dort

Réalisé par Nicolas Garrier

OJOS, c’est le nouveau duo dont tout le monde parlera durant les prochains jours, semaines, mois et années. Le groupe composé d’Elodie Charmensat et Hadrien Perretant (anciennement Holy Two) a sorti son premier EP Volcans au tout début de l’été, et il prolonge la saison avec le clip du dernier titre de la tracklist, Le Volcan qui Dort. C’est le clip qui clôt la période estivale comme il se doit, avec une touche de poésie déposée délicatement sur quelques notes au piano.

Chroniqué par Leola.

Penny – Ur Girl’s Fine

Réalisé par Penny

À 23 ans, Penny sera t-elle la nouvelle star de l’année ? Sans hésiter, oui. Son premier clip est tombé au bon moment en sortant au tout début du mois de rentrée ; Penny nous dévoilait donc le clip home-made de Ur Girl’s Fine plein d’amour et de bienveillance, soit tout ce qu’il nous fallait pour entamer une nouvelle année : des bonnes ondes.

Chroniqué par Leola.

Violet Chachki & Allie X – Mistress Violet

Réalisé par Jennifer Juniper Stratford

Alerte à Maliqueen, tube furieusement addictif en approche. À l’origine de ce succès de la musique drag-queen avec plus de 800,000 vues au compteur, il faut compter sur le chanteur et danseur burlesque Violet Chachki, vainqueur de la saison 7 de RuPaul’s Drag Race, et la princesse pop underground Allie X, qui ont fait équipe ensemble pour Mistress Violet. Mais c’est surtout le talentueux producteur lyonnais LeComte de Brégeot qu’il faut remercier, homme de l’ombre de cette synthwave sombre et racée, qui nous entraîne dans l’undreground subversif des années 80.

Chroniqué par Marin.

Mokado – 1973

Réalisé par Akatre

L’obsession de Mokado pour les masques est on ne peut plus d’actualité. Caché et presque provocateur, le producteur français Sylvain Bontoux anime ses clips à la manière de sa musique, pour ensorceler son auditoire. Poétiques, presque effrayantes, les images tout droit sorties d’un rêve répondent avec audace et justesse à l’électro invasive de 1973. Le contraste entre les ondes agressives des néons, accompagnant les danseurs dans leurs douleurs, et la lumière solaire qui souligne doucement leurs sourires dans les moments heureux, est entrecoupé de scènes mystiques. Attention tout de même : les ambiances de road trip rétro à bord d’une mustang vintage ainsi que ces jeux de lumière complexes et travaillés peuvent très vite donner une fièvre d’évasion nostalgique.

Chroniqué par Eva.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet