fbpx
En cours de lecture
Netflix : Plongez dans le milieu du jazz parisien avec la bande-annonce de « The Eddy »

Netflix : Plongez dans le milieu du jazz parisien avec la bande-annonce de « The Eddy »

Marin Woisard

Après le succès d’estime de Whiplash et la pluie d’Oscars de La La Land, le réalisateur Damien Chazelle continue de déclarer son amour au jazz avec sa première série The Eddy. Plongez dans l’électricité du milieu jazz parisien avec Tahar Rahim et Leïla Bekhti. Sortie prévue le 8 mai sur Netflix.

De la frénésie de son second long métrage Whiplash à la démesure de sa comédie musicale La La Land, Damien Chazelle ne fait jamais les choses à moitié. Exit cette fois les États-Unis, bienvenue dans le Paris multiculturel de la rue Sorbier, où bat le cœur de Belleville. Sa première série musicale, The Eddy, suit l’itinéraire d’un ancien pianiste new-yorkais, Elliot Udo (Andre Holland), qui co-gère un club de jazz en faillite avec Farid (Tahar Rahim). Il va vite se retrouver dépassé par les affaires louches dans lesquelles son associé est impliqué, et alors que sa boîte de nuit est au bord de la fermeture, il va devoir gérer l’arrivée de sa fille qui veut vivre avec son daron. Mêlant drame intime, jams endiablés et réalisation réaliste, cette mini-série de huit épisodes rassemble un casting international (Andre Holland, Tahar Rahim, Leïla Bekhti, Joanna Kulig), auquel le réalisateur a demandé une forte implication pour assurer l’authenticité des scènes… Car pour l’anecdote, Andre Holland a du apprendre à jouer du piano et Tahar Rahim se mettre au saxophone.

Dans un souci d’authenticité, Damien Chazelle a exigé que la musique soit enregistrée sur le plateau de tournage

On connaît la passion viscérale de Damien Chazelle pour le jazz. L’ambition de The Eddy ne s’arrête pas à un scénar’ bien ficelé : la musique sera au cœur de la série en s’entourant de musiciens renommés. Il faudra compter sur Randy Kerber, Ludovic Louis, Lada Obradovic, Jowee Omicil et Damian Nueva Cortes pour composer un groupe central dans l’histoire. Plus étonnant mais tout aussi réjouissant, le rappeur français Sopico interprétera le leader d’un groupe émergent. Et on termine le tour de table avec la signature du mythique Glen Ballard à la bande-originale, producteur qui s’est notamment illustré sur les albums Jagged Little Pill d’Alanis Morissette et Bad de Michael Jackson. Clou du spectacle : Damien Chazelle a exigé dans un soucis d’authenticité que la musique soit enregistrée en direct sur le plateau de tournage. Rendez-vous le 8 mai sur Netflix pour le verdict cinéphile et mélomane.

Disponible le 8 mai sur Netflix

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet