fbpx
En cours de lecture
La vie en rose bonbon avec l’illustratrice Marylou Faure

La vie en rose bonbon avec l’illustratrice Marylou Faure

Marin Woisard
Voir la galerie

Illustratrice française basée à Londres, Marylou Faure nous barde de couleurs pour contrer le blues de janvier. Son interview est à lire ci-dessous.

C’est prouvé scientifiquement : lundi 21 janvier était le « Blue Monday ». À savoir, le jour le plus déprimant de l’année. Des couleurs vivifiantes, des corps en chair, et des portraits acidulés : on abandonne Paris pour l’univers dépaysant de Marylou Faure. Diplômée de l’ESAG Penninghen, l’artiste alimente un feed anti-déprime sur son compte Instagram suivi par 57K joyeux lurons.

Ses personnages à la peau rose bonbon font des émules jusque dans les plus hautes sphères. Google, Spotify, et Facebook se l’arrachent. Avec les GAFA à ses pieds, elle dessine librement des femmes assumées; voluptueuse au bord d’une piscine ou relaxée sur une Harley, le shot de booties te ferait oublier tous tes complexes. Avis aux musiciens tombés sous le charme, Marylou nous a confié son désir d’animer des clips dans son interview à lire ci-dessous.

Marylou Faure sur Instagram

Marin : Hello Marylou. Quelle couleur définirait ton humeur du moment ?

Marylou : En ce moment je suis à fond dans le rose.

J’ai toujours beaucoup aimé cette couleurs, mais là je crois que j’en fais un peu trop : chaussettes, gourde, pulls,
chaussures, t-shirt…

Marin : Qu’est-ce qui t’inspires le plus dans ton quotidien à Londres ?

Marylou : Mon quartier ! Je vis dans le centre de Shoreditch, il y a des fresques et des œuvres d’arts partout.

Il y a aussi beaucoup de gens avec des tenues et attitudes super cools :).

Marin : D’où te vient ta passion pour les corps, loin des standards filiformes de beauté ?

Marylou : Je ne sais pas trop… J’ai toujours été attirée par les corps, surtout le corps féminin, que je trouve passionnant à représenter.

Quand j’étais enfant, j’adorais les BD avec des personnages féminins qui avaient l’air sûres d’elles, sensuelles et bien dans leur peau.

Marin : Après avoir collaboré avec Google, Spotify, et Fubiz, de quel projet rêves-tu secrètement ?

Marylou : J’aimerais beaucoup bosser avec un client dans la musique – ou créer un clip de musique avec un animateur.

Marin : Quelle illustration enverrais-tu dans l’espace pour présenter l’humanité aux aliens ?

Marylou : (rires) Je ne sais pas laquelle en particulier, mais une super joyeuse et colorée pour leur donner envie de venir nous voir.

Marin : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter de sensas’ pour 2019 ?

Marylou : Des projets et des collaborations cools, pour des causes qui me tiennent à cœur 🙂

Marin : Pour terminer, on ne coupe pas à la question emblématique chez Arty Paris. Quelle est ta définition (personnelle et totalement subjective) d’une artiste ?

Marylou : Être une artiste, c’est laisser son imagination prendre le devant, et réussir à exprimer ces idées de manière visuelle en prenant du plaisir !

Merci Marylou !
Vernissage "Nobody's Baby" par Marylou Faure

 Jeudi 31 Janvier à partir de 18H30
5 rue Jean-Pierre Timbaud, 75010 Paris
Entrée gratuite 

L'événement Facebook

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet