fbpx
En cours de lecture
Katuchat est de retour pour une balade en limousine avec « Home Is Not a Place »

Katuchat est de retour pour une balade en limousine avec « Home Is Not a Place »

Marin Woisard

Katuchat s’entoure de la chanteuse britannique Sølv et du rappeur américain Chester Watson pour son nouveau single Home Is Not a Place.

Membre de l’écurie parisienne Roche Musique, le producteur tourangeau de 27 ans avait déjà marqué les esprits avec son EP Anaesthesia en 2018, suivi de près par Rarities en 2019. Davantage attiré par les précurseurs anglo-saxons Massive Attack, Aphex Twin et Shlohmo que les cadors de la French Touch, Katuchat a su bâtir une discographie complexe et intime, longtemps marquée par son histoire personnelle. Avec Home Is Not a Place, le voici désormais parti à la conquête de son premier album annoncé pour le mois de mars 2021.

Son nouveau single est le prétexte parfait pour s’entourer de voix internationales. D’une part, la chanteuse et productrice britannique Sølv évoque immédiatement le timbre élégant d’Angela McCluskey sur Breathe de Telepopmusik, auquel Katuchat avait offert une seconde jeunesse courant 2017. D’autre part, le poète et rappeur américain Chester Watson apporte une touche plus sombre et désabusée au titre, dont on connaît le pouvoir d’attraction sur Katuchat, qui a longtemps été le producteur attitré de Lonepsi. Mises bout à bout, les deux voix antithétiques se complètent et cohabitent grâce à la production du tourangeau.

Sièges en cuir et Katuchat songeur

Le songe d’un matin d’hiver

Le clip, réalisé par le trio de réalisateurs JTM, déjà à l’œuvre sur Spleen, offre au voyage son visuel éthéré. C’est une balade en limousine à travers une forêt sans fin, dans un flottement brumeux invitant à l’irruption du merveilleux, si bien que l’assoupissement des passagers semble plus être de l’ordre du sortilège que d’un retour de soirée. La dimension surnaturelle de ce faux remake de Cosmopolis est renforcée par l’ajout d’art digital, des extensions 3D qui poussent en temps réel comme du lierre au plafond, reproduisant l’enlacement des branches autour de la berline.

Naturaliste, le plan-séquence s’inscrit dans la longue tradition des clips réalisés en une seule prise, de Gold de Chet Faker à Unfinished Sympathy de Massive Attack. Mais rarement un retour de soirée n’aura été aussi poétique.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet