fbpx
En cours de lecture
« Flag Day », la famille Penn au complet sur grand écran

« Flag Day », la famille Penn au complet sur grand écran

Projet longtemps gardé au placard, l’adaptation du roman de la journaliste et écrivaine Jennifer Vogel prend enfin vie au cinéma grâce à l’implication bienheureuse de Sean Penn, devant et derrière la caméra. Chronique familiale réelle et fictive.

Dylan Penn, étincelante, recevait le Prix Nouvel Hollywood (les visages du cinéma de demain) au Festival de Deauville 2021

John Vogel était un personnage hors norme. Enfant, sa fille Jennifer s’émerveillait de son magnétisme et de sa capacité à faire de la vie une grande aventure. Il lui a beaucoup appris sur l’amour et la joie, mais elle va découvrir sa vie secrète de braqueur de banques et faussaire.

Sean, grand prince (et cinéaste)

Il fallait que le projet soit porté par un cinéaste aussi élégant que Sean Penn pour que l’adaptation du roman Flim-Flam Man de Jennifer Vogel ait une (bonne) chance de retranscrire à l’écran ce que l’écrivaine nous racontait de sa vie sur le papier. Projet à l’ombre d’un tiroir depuis 2004 que l’arrivée et la grande motivation de l’acteur doublement oscarisé auront finalement élevé jusque sur les marches du Festival de Cannes, Flag Day tisse sa toile nostalgique sur une vingtaine d’années pas comme les autres pour la famille Vogel. Artiste engagé et jusqu’au-boutiste, Sean Penn a renoncé à son salaire pour que le film puisse se tourner. Beau geste, pour un résultat final qui ne déçoit pas.

Flag Day joue des temporalités à coup de flashbacks qui explorent en 16mm – une condition posée par le réalisateur qui tenait au grain particulier du format pour immerger au mieux le spectateur entre les années 80 et 90 – la vie de Jennifer Vogel, enfant spontanée et rieuse, adolescente courageuse et traumatisée, adulte brillante et responsable. Le film dépeint avec justesse l’évolution de cette jeune fille (on déplore en revanche l’absence quasi-totale d’implication du personnage du frère, incarné par le fils/frère Penn) qui cherche d’abord à se construire sous le regard fuyant de son père maladroit et quelque peu inadapté à la parentalité. Le poids de cette relation familiale à laquelle Dylan Penn, véritable révélation du film, a avoué s’être identifiée apparaît de fait immédiatement plausible et très bien amené.

Flag Day, un mélange opportun d’atmosphère « cabane au bord du lac » à laquelle s’ajoutent des gros plans de personnages au bord de la rupture.

Entre quiétude et rupture

Narré tout au long de son aventure par le timbre suave et mélodieux de Dylan/Jennifer, Flag Day ne cesse de porter aux nues l’étendard nostalgique d’un cinéma américain indépendant et habité. La voix off permet de vivifiants instants de quiétude, pendant lesquels Sean Penn le cinéaste n’hésite pas à lorgner du côté des meilleurs Terrence Malick, The Tree of Life en pôle position. On y retrouve la douceur de son Into The Wild, parfois la tension qui habitait The Pledge. Sean Penn le comédien, lui, est fidèle à ses deux Oscars : une présence brute, magnétique, un regard bleu dans lequel on souhaiterait se perdre, la voix parfois cassante qui va avec. On apprécie les seconds rôles quelque peu fantomatiques mais si joliment incarnés de Josh Brolin et Regina King, toujours parfaitement dans le bon ton.

Flag Day brille également par la lumière et la façon qu’à son réalisateur de filmer les différentes saisons qui s’écoulent, comme si vingt ans pouvaient tenir en un cycle unique, du merveilleux été de l’enfance au printemps d’une nouvelle vie. C’est un film qui s’apprécie sincèrement, un mélange opportun d’atmosphère « cabane au bord du lac » à laquelle s’ajoutent des gros plans de personnages au bord de la rupture. Certaines scènes que nous tairons ici sont d’une beauté transcendantale – on est pas si loin de la tension imposée par Arthur Penn (aucun lien, ils sont fils uniques) à la pellicule de Bonnie and Clyde. Penn père confirme ici son immense talent pour son sixième long métrage, tandis que Penn fille croque brillamment l’écran de son troisième. Une famille en or ?

FLAG DAY
Réalisé par Sean Penn
Avec Dylan Penn, Sean Penn, Katherine Winnick, Harper Jack Penn, Josh Brolin
Trouve ta séance

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet