fbpx
En cours de lecture
Home Ciné #10 : « Sailor et Lula », deux coeurs sauvages contre un monde corrompu

Home Ciné #10 : « Sailor et Lula », deux coeurs sauvages contre un monde corrompu

Damien D. Richard

Pendant toute la durée du (re)confinement, Arty te propose ses Home Ciné, un lieu convivial où nos rédacteurs et journalistes présenteront leurs films préférés. Ceux qu’ils ont vu à 6 ans, ceux qu’ils ont découvert suite à leur première rupture amoureuse, ceux qu’ils dévorent avec un paquet de chips chaque dimanche soir depuis dix ans… Bref, tous ces films de leur vie qu’ils souhaiteraient te faire découvrir, là, maintenant.

Aujourd’hui, Damien nous présente Sailor et Lula, de David Lynch, 1990.

Nicolas Cage interprète Sailor et son inimitable veste en serpent : « Le symbole de mon individualité et de ma liberté personnelle ».

Tu connais David Lynch ? Mais si, tu sais, cette marque déposée et à la mode, qui propose des œuvres cinématographiques où il te faut le dictionnaire des symboles à portée de main pour éviter l’anévrisme ? Attends, t’en vas pas déjà, on te jure que celui-là vaut le détour… Tiens, écoute le pitch : Sailor et Lula, deux jeunes amoureux, fuient Marietta, la mère de la jeune fille qui s’oppose à leurs amours, ainsi que toute une série de personnages dangereux et mystérieux qui les menacent. L’amour triomphera-t-il de la violence qui les entoure ?

L’amour toujours, partout, plus fort que tout

Alors, plus accessible tu meurs, non ? Comment ça, éculé et cucul ? Non mais c’est Lynch, quand même. S’il y a un aspect kitsch, c’est pour vite te ramener sur… euh, sa planète ? Bref, ce road movie, c’est une bombe. Et on dit pas ça parce qu’il a eu la Palme d’or à Cannes en 1990. Oui, à l’époque, ça a mis tout le monde d’accord. Une histoire d’amour comme on en a rarement vue, avec Laura Dern et Nicolas Cage. Ils sont vraiment beaux tous les deux, comme les descendants lointains des enfants de La Nuit du Chasseur (si tu n’as pas vu ce film, on le recommande chaudement) qui, en dépit du Mal et de ses manifestations, continuent de voguer en croyant innocemment à la beauté et la pureté du monde.

Voir aussi

Comment ça, ce sont de belles paroles? Non, vraiment ! Sailor et Lula, c’est l’incarnation de l’innocence et de l’utopie que la pourriture environnante n’entamera finalement pas. C’est le conflit de deux réalités distinctes qui ne cessent de se frotter : l’une sordide et déprimante tandis que l’autre est fantasmatique et aussi pop que fleur bleue. Et c’est là tout le postulat du film : comment préserver l’amour et toute forme d’idéal lorsque le monde dans lequel on vit n’est que corruption et dépravation ? On pourrait presque y voir un parallèle avec notre belle planète en 2020… Ah ! Ça t’en bouche un coin, pas vrai ?

Sailor et Lula, c’est définitivement un shoot d’adrénaline et un encouragement à se (re)dresser, seul ou à plusieurs, no matter what, et, rien que pour ça, c’est un film thérapeutique qui vaut le coup d’être (re)découvert.

SAILOR ET LULA
Réalisé par David Lynch
Avec Nicolas Cage, Laura Dern, Willem Dafoe
Actuellement disponible sur Filmo TV, Orange et Canal VOD

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet