fbpx
En cours de lecture
Palmarès : clap de fin pour le Champs-Élysées Film Festival

Palmarès : clap de fin pour le Champs-Élysées Film Festival

L’équipe du Champs-Élysées Film Festival a su se montrer à la hauteur de son exceptionnel 10ème anniversaire, et plus encore. On te dit tout sur le palmarès des différentes compétitions de l’événement.

Même la pluie n’aura rien pu faire contre le bon déroulé de la soirée d’ouverture du mardi 14 septembre : le jury foulait le tapis rouge des Publicis Cinémas dans une ambiance électrique. Au programme, 8 jours de festivités : des compétitions pour courts et longs métrages, 2 invités d’honneur, les documentaires Riot Girls, des tables rondes et des rencontres.

Et surtout, une superbe Carte blanche donnée à l’ACID, grâce à laquelle le CEFF a pu organiser une projection du Grand Prix de Deauville 2021, Down with the King (Diego Ongaro).

Compétition de longs métrages

Pour le dixième anniversaire de l’événement, le jury présidé par Thomas Lilti aura sacré le documentaire Cusp comme Meilleur Long métrage Américain Indépendant. Suite au triomphe de Sundance et le prix spécial remporté comme cinéastes émergents, Isabel Bethencourt et Parker Hill continuent leur parade avec ce film touchant qui suit les déboires de trois adolescentes aux dernières lumières de l’été, dans une ville texane où les armes à feu sont les tamagotchi des enfants.

Côté français, second triomphe pour le genre documentaire, décidément à l’honneur cette année au Champs-Elysées Film Festival. Le Prix du Jury du meilleur Film Français Indépendant aura été attribué ex-aequo à L’Énergie positive des dieux de Laetitia Møller et Au cœur du bois de Claus Drexel. Le premier, qui tire son titre de l’album du groupe Astéréotypie, suit ses 4 jeunes musiciens autistes sur scène, sous le regard de leur accompagnateur et éducateur passionné. Au cœur du bois, lui, raconte avec humour la vie des prostituées du bois de Boulogne et des autres marginaux qui y ont élu domicile. Le film remportait le Grand Prix du Documentaire National au dernier festival du Documentaire International de Biarritz.

Le public au rendez-vous de cette dixième édition exceptionnelle

Et compétition de courts métrages

There’s a prison on fire in the forest de JLee MacKenzie a remporté le Prix du Meilleur Court Métrage Américain : la nouvelle technologie à l’honneur pour cette plongée en VR dans une re-création fictive d’une émeute carcérale, narrée et guidée par un détenu.

En France, le jury de Naïla Guiguet a couronné Afrokingdom de Jérémie Danon, qui suit un battle de danse afro dans un parking souterrain pour la réappropriation des lieux et la transmission culturelle. Un très beau film aux allures de Bad et qui prouve une fois de plus la force du genre documentaire.

Citons enfin les deux Prix de la Meilleure Réalisatrice, Nana Mensah côté américain et Anaïs Volpé, Talent de La Fête du court métrage 2018, côté français. Un grand bravo à ces deux cinéastes !

Et le public, alors ?

Deux récompenses ont été décernées par les festivaliers :

Le Prix du Public du Meilleur Long Métrage Français Indépendant au film Le Monde après nous de Louda Ben Salah-Cazonas ; celui du Meilleur Long Métrage Américain Indépendant à Strawberry Mansion de Kentucker Audley et Albert Birney. Deux pépites à ne pas manquer lors de leur sortie en salle !

Toute la semaine, la musique était également à l’honneur : Yael Naïm, Paloma Colombe, Cléa Vincent, Silly Boy Blue, Kiddy Smile, Sönge…

Le Champs-Elysées Film Festival, c’est fini ! Mais toute l’équipe sera de retour en 2022 pour faire vibrer le cinéma indépendant sur l’avenue mythique créée par Marie de Médicis (fun fact historique).

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet