fbpx
En cours de lecture
Qui sont LaBlue & Astrønne, les nouveaux protégés de Roche Musique ?

Qui sont LaBlue & Astrønne, les nouveaux protégés de Roche Musique ?

La relève de la néo-soul est en marche : LaBlue et Astrønne ont déposé leur premier EP suave et élégant Blue Phases sur Roche Musique le 31 mai dernier. Rencontre avec les deux artistes sous le signe des premières fois.

Du haut de leurs 21 ans, LaBlue et Astrønne naviguent entre Rennes et Paris sur leur petit nuage néo-soul depuis qu’ils ont sorti leur EP Blue Phases, projet étonnamment affirmé et sensible pour un premier effort.

Rien n’aurait été possible sans la rencontre avec l’emblématique maison parisienne, Roche Musique, à la faveur du Creative Lockdown Track Contest remporté pendant le premier confinement avec Keep It Smooth, divine émanation soul brodée de velours. Pas de hasard : on pourrait presque y déceler les influences de Crayon, artiste éminent du label, qui faisait aussi osciller ses tonalités bleutées en 2018.

Le bleu dans tous ses états

Cette signature leur a permis de concrétiser Blue Phases, leur six-titres en suspension au-dessus d’un camaïeu de bleu, qui concrétise le savoir-faire d’une alliance française à influences américaines. Il y est question d’amours contrariés, de mélancolie à fleur de peau et de vague-à-l’âme – littéralement, puisque le producteur LaBlue utilise des sons de la nature tels que des oscillations de vague ou des gouttes de pluie dans ses compositions.

Quant à la fleur de peau, c’est le vibrato nacré de la jeune chanteuse rennaise Astrønne qui en est la garantie, à l’aise comme un charme quant il s’agit de s’élever en anglais sur Lost ou badiner en français sur La Femme du Crépuscule. Avec ses deux variations et les quatre autres du mini-album, le duo propose sa définition élégante et suave du blues, à découvrir pour l’une des premières fois en live ce soir vendredi 3 septembre à la Petite Halle de La Villette en concert gratuit.

En attendant que les premières notes résonnent au crépuscule, le duo s’est prêté au jeu des confessions à cœur ouvert.

LaBlue et Astrønne sous l’objectif de l’éminent photographe parisien Paul Perrault, proche du crew Roche Musique
Marin : Salut Sasha et Astrønne. Votre premier EP Blue Phases est sorti le 31 mai dernier, qu’avez-vous ressenti à sa sortie ? En êtes-vous satisfaits ?

Sasha (LaBlue) : Je suis soulagé d’avoir posé un premier pied et pressé d’aller plus loin. J’ai appris tant de choses !

 

Astrønne : Blue Phases est notre premier projet sur les plateformes, donc notre première prise de parole. Mis à part l’évidente euphorie, la sortie m’a fait ressentir une sorte de soulagement. Je suis satisfaite de ce qu’on a fait mais le focus est déjà sur la prochaine étape.

M. : Vous avez choisi de signer cet EP avec vos deux noms d’artistes : LaBlue et Astrønne. Pourquoi ne pas avoir créé de groupe ?

S. : On s’est vite mis d’accord sur le fait de ne pas créer un groupe, mais garder nos deux noms distincts.

 

A. : Malgré l’univers commun qu’on a créé en liant nos deux visions artistiques, il était nécessaire de distinguer nos deux entités aux personnalités assez dichotomiques au final.

M. : Avant cette sortie, Sasha, tu as été agrégé du Conservatoire. Astrønne, tu as signé un featuring sur Ins & Outs de Primates. Vous restez pourtant très discrets. Pouvez-vous me raconter votre background dans la musique ?

S. : J’ai commencé la batterie vers 5 ans, puis la musique est devenue mon ultime prétexte pour avancer dans la vie. J’ai appris en autodidacte plusieurs instruments, la composition, la M.A.O et je me suis plongé dans la production et l’harmonie.

 

A. : J’étais harpiste étant petite, puis j’ai appris quelques instruments de manière autodidacte. Je chante depuis que je sais parler et j’écris des chansons depuis que j’ai compris que les poèmes pouvaient être chantés.

M. : Avez-vous d’autres projets ?

S. : On n’a pas de nouveaux projets, tout est encore frais.

La chanteuse Astrønne ne nous est pas inconnue : on l’avait déjà entendue chez le collectif rennais Primates sur Ins & Outs
M. : Vous avez fait connaissance en discutant en DM sur les réseaux. Pouvez-vous me raconter l’histoire de cette rencontre ?

A. : J’ai pris l’initiative de contacter LaBlue assez impulsivement, sur Instagram. Nous étions déjà sur la même longueur d’onde avant de se rencontrer, et encore plus après avoir échangé.

M. : Vous avez pu faire exister cet EP en gagnant le Creative Lockdown Track Contest de Roche Musique. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

S. : Ça nous a apporté un suivi absolument pas négligeable, avec une équipe qui te fournit des clefs et de l’énergie pour aller plus loin.

 

A. : À la suite de ce concours, on a pu se lancer dans la confection du projet grâce à l’accès à des studios, l’accompagnement et l’accueil très chaleureux au sein du label, et les diverses opportunités qui en ont découlé.

M. : Blue Phases met en scène la sensibilité d’un.e jeune protagoniste en utilisant l’eau comme fil conducteur. Que vouliez-vous raconter plus précisément à travers ce camaïeu de bleu ?

S. : Ce sont les émotions du protagoniste qui se ressentent au fil de l’eau. Au fur et à mesure de l’histoire, l’eau est une allégorie de ses états d’âme à travers les différents passages de son existence. C’est ce qui le.a compose.

 

A. : Le bleu se décline comme quand on observe les différentes facettes d’un même cristal, les différentes saisons d’une année et les différentes phases d’une seule émotion qui est, pour moi, la mélancolie. Le sens reste pour autant libre d’interprétation.

Producteur et multi-instrumentiste, Sasha alias LaBlue allie des sons d’éléments naturels à sa production musicale
M. : On entend des sons de pluie et des oscillations de vagues. Est-ce que ça a été un ajout de sound design ou le fil rouge pour la production ? De manière générale, Sasha, par quoi es-tu influencé quand tu produis ?

S. : Les deux en vérité. Quand je compose, c’est souvent imagé, assez cinématographique, car je m’inspire visuellement de tout ce qui m’entoure puis j’essaie de le transmettre à l’ouïe. J’incorpore souvent des sons divers que j’enregistre et je récupère de-ci de-là. Mais dès les premières compositions pour l’EP, le sound design par le jeu des timbres, des effets et des sons ambiants ont apporté une narration à travers nos petites expérimentations. On ne savait pas vraiment où aller, cet EP est un pas constant vers l’inconnu.

M. : Parlons de votre single La Femme du crépuscule. Est-ce que c’est une référence à la fameuse heure bleue ? Qui est cette femme selon vous ?

A. : La Femme du Crépuscule représente pour moi un idéal d’état d’esprit. J’imagine une personne avec une confiance en soi et une insouciance qui se manifestent en force gravitationnelle, comme un soleil qui rayonne.

 

S. : La vraie question c’est qui est-elle pour vous ?

M. : Ma dernière question est la signature chez Arty Magazine. Quelle est votre définition d’un.e artiste ?

S. : Je ne sais pas ce qu’est un artiste. Je pense que notre art est notre amour de créer. Je crois que, comme d’autres, mon art est mon existence à travers la musique.

 

A. : Je crois qu’un.e artiste est une personne qui incarne son art.

LaBlue & Astrønne à Jazz à la Villette
Vendredi 3 septembre à 22H
À La Petite Halle de la Villette 211 av. Jean Jaurès, 75019

Entrée gratuite, pass sanitaire obligatoire
L’événement Facebook | Écouter Blue Phases sur Spotify

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet