fbpx
En cours de lecture
47ème Festival de Deauville : Un palmarès inattendu et éclectique

47ème Festival de Deauville : Un palmarès inattendu et éclectique

Ça y est, la 47ème édition du Festival du cinéma américain de Deauville a officiellement clos ses portes et remballé le tapis rouge après la remise des prix ce samedi 11 septembre. Down With The King de Diego Ongaro remporte le Grand Prix.

Quel réalisateur était le plus susceptible de repartir couronné du Grand Prix du 47ème Festival de Deauville ? C’est ce que toute la profession se demandait dans les travées du palais des congrès deauvillais où avait lieu la cérémonie de clôture. Le jury présidé par Charlotte Gainsbourg a finalement décerné la récompense suprême à Down With The king du réalisateur français Diego Ongaro.

Déjà sélectionné en juillet dans l’une des sections parallèles du Festival de Cannes, l’ACID, le film tourné dans le Massachusetts peut compter sur le rappeur américain Freddie Gibbs à contre-emploi dans le premier rôle. Il y interprète un célèbre MC qui se découvre une passion pour la vie d’agriculteur avant d’être rappelé à ses obligations par son agent qui le harcèle, ses fans qui lui demandent de l’actualité sur les réseaux et ses concurrents qui s’en prennent à lui dans leurs textes…

C’est une récompense pleine de sens puisque le film a rencontré d’importantes difficultés de production, comme l’explique son réalisateur installé États-Unis : « Je suis d’autant plus surpris d’être ici ce soir que je pensais arrêter le cinéma il y a deux ans. Avec mon producteur on essayait de trouver des financements et un casting », a réagi Ongaro.

L’affiche sulfureuse de Pleasure de Ninja Thyberg, Prix du Jury au 47ème Festival de Deauville, a provoqué de vives réactions

Autant de Prix que de propositions différentes

Les Jurés ont aussi remis un double Prix du Jury ex-aequo… Particulièrement sulfureux. Ce sont deux films qui évoquent avec un regard différent les dérives de la même industrie du porno : Pleasure de la Suédoise Ninja Thyberg, qui raconte l’arrivée d’une jeune performeuse à Los Angeles déterminée à faire carrière dans ce milieu, et Red Rocket de Sean Baker (The Florida Project), qui suit la trajectoire d’un ex-acteur porno qui tente de se refaire une santé financière dans sa ville natale du Texas.

Quant au Prix du Public, décerné par les habitants de la ville de Deauville, c’est le brûlot social Blue Bayou avec Alicia Vikander et Justin Chon, également scénariste et réalisateur du film, qui repart médaillé d’or. Pour son cinquième métrage en tant que réalisateur, Chon raconte l’histoire d’un Américano-coréen menacé d’expulsion qui va devoir affronter les fantômes de son passé. Pour le voir, rendez-vous le 15 septembre sur les écrans français.

Enfin, on ne pourra pas passer sous silence l’un des évènements marquants de cette 47ème édition, la projection en avant-première de City of Lies de Brad Furman, avec le grand retour de Johnny Depp toujours persona non grata à Hollywood.

LE PALMARÈS DU FESTIVAL DE DEAUVILLE
  • Grand Prix : Down with the King de Diego Ongaro
  • Prix du Jury ex-aequo : Pleasure de Ninja Thyberg et Red Rocket de Sean Baker
  • Prix de la critique : Red Rocket de Sean Baker
  • Prix du public : Blue Bayou de Justin Chon
  • Prix de la révélation : John and the Hole de Pascual Sisto
  • Prix d’Ornano-Valenti : Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona (prix visant l’exportation américaine d’un film français) – Sortie le 17 novembre au cinéma.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet