fbpx
En cours de lecture
Le Festival de Cannes dévoile sa sélection officielle : place aux jeunes et aux femmes

Le Festival de Cannes dévoile sa sélection officielle : place aux jeunes et aux femmes

Marin Woisard

Le Festival de Cannes n’aura pas lieu dans le contexte actuel de crise sanitaire, mais 56 films porteront le label de la Sélection Officielle pour leur exploitation en salles.

On ne pourra pas faire briller nos costards et robes de soirée sur le red carpet cette année. Mais le Festival de Cannes est lui bien au rendez-vous. Son grand manitou Thierry Frémaux a présenté mercredi 3 juin une sélection de 56 films qui pourront porter le Label de la Sélection Officielle : « Une sélection officielle est la meilleure façon d’aider le cinéma » peut-on lire dans le communiqué officiel. Ces œuvres choisies parmi les 2 067 envoyées au comité de sélection pourront arborer le prestigieux logo lors de leur diffusion en salles, dont la réouverture est annoncée le 22 juin (on t’en avait parlé ici). « La réouverture des salles, après des mois de fermeture, est un enjeu crucial. Même en l’absence d’événement sur la Croisette, surtout en l’absence d’événement sur la Croisette, la Sélection officielle conservera donc son rôle » nous dit son délégué général.

Wes Anderson, François Ozon, Maïwenn et Steve McQueen sont les stars de cette sélection

Pour la première fois, il n’y aura pas de distinction entre les catégories habituelles (Compétition, Un certain regard, Hors compétition, etc), mais une nouvelle classification qui témoigne de la grande diversité de la sélection : « Les fidèles », « Les nouveaux venus », « Premiers films »… Voilà qui annonce la couleur. On commence par la présence de nombreux premiers films, dont Falling de la star américaine Viggo Mortensen, mais aussi des acteurs français passés derrière la caméra avec Ibrahim de Samir Guesmi et Garçon chiffon de notre chouchou Nicolas Maury. On attend aussi Nadia (Butterfly) du québécois Pascal Plante et Teddy du duo de frères réalisateurs Ludovic et Zoran Boukherma dans la catégorie « Les Nouveaux Venus ». C’est assurément une sélection dématérialisée qui est marquée par la créativité vibrante de notre génération. Hashtag #Fierté.

Les jeunes, les femmes et la France très largement représentés

Seconde particularité encourageante, la représentation en hausse du nombre de femmes dans la sélection. Les attentes sont notamment élevées pour ADN (DNA) de Maïwen. Impossible également de passer à côté du passage en force des comédies avec Les Deux Alfred de Bruno Podalydès et L’Origine du monde de Laurent Lafitte. Et comme tu l’auras remarqué tandis que l’on égrène les noms, les talents français représentent plus d’un tiers de la sélection totale. De l’entre-soi ? « Non, la récompense de la qualité » nous disent les acolytes organisateurs. Avant de préciser qu’il s’agit d’un geste politique : « La France montre ainsi l’exemple d’un cinéma pugnace, qui défend une vision, produit ses propres films et met en valeur ceux des autres pays ».

Place aux auteurs stars pour terminer ce tour de table avec The French Dispatch de Wes Anderson, Été 85 de François Ozon et la double sélection de Steve McQueen avec Lovers Rock et Mangrove (!). Le fils du fondateur du Studio Ghibli, Goro Miyazaki, présentera le premier film de l’entreprise familiale en 3DCG, Aya to Majo (Earwig and The Witch). Quant à Pixar, le scénariste et réalisateur Pete Docter sera labellisé Festival de Cannes pour Soul, qui en temps normal aurait sans doutes fait un parfait film d’ouverture sur la Croisette. C’est donc une sélection extrêmement ambitieuse qui prend soin de ne laisser personne de côté, satisfaisant autant les cinéphiles avides de grandes sorties que les propositions plus exigeantes désireuses de visibilité.

  • Les fidèles (déjà venus au moins une fois en Sélection officielle)

The French Dispatch, de Wes Anderson
Été 85, de François Ozon
Asa ga Kuru (True Mothers), de Naomi Kawase
Lovers Rock, de Steve McQueen
Mangrove, de Steve McQueen
Druk (Another Round), de Thomas Vinterberg
ADN (DNA), de Maïwenn
Last Words, de Jonathan Nossiter
Heaven : To The Land of Happiness, d’Im Sang-soo
El olvido que seremos, de Fernando Trueba
Peninsula, de Yeon Sang-ho
In the Dusk (Au crépuscule), de Sharunas Bartas
Des hommes, de Lucas Belvaux
The Real Thing, de Koji Fukada

  • Les nouveaux venus

Passion simple, de Danielle Arbid
A Good Man, de Marie-Castille Mention-Schaar
Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait, d’Emmanuel Mouret
Souad, d’Ayten Amin
Limbo, de Ben Sharrock
Rouge (Red Soil), de Farid Bentoumi
Sweat, de Magnus von Horn
Teddy, de Ludovic et Zoran Boukherma
February (Février), de Kamen Kalev
Ammonite, de Francis Lee
Un médecin de nuit, d’Elie Wajeman
Enfant terrible, d’Oskar Roehler
Nadia (Butterfly), de Pascal Plante
Here We Are, de Nir Bergman

  • Un film à sketches

Septet : The Story of Hongkong, d’Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping, Patrick Tam et Ringo Lam

  • Premiers films

Falling, de Viggo Mortensen
Pleasure, de Ninja Thyberg
Slalom, de Charlène Favier
Casa de antiguidades (Memory House), de Joao Paulo Miranda Maria
Broken Keys (Fausse note), de Jimmy Keyrouz
Ibrahim, de Samir Guesmi
Beginning (Au commencement), de Dea Kulumbegashvili
Gagarine, de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh
16 printemps, de Suzanne Lindon
Vaurien, de Peter Dourountzis
Garçon chiffon, de Nicolas Maury
Si le vent tombe (Should The Wind Fall), de Nora Martirosyan
John and The Hole, de Pascual Sisto
Striding into The Wind (Courir au gré du vent), de Wei Shujun
The Death of Cinema and My Father Too (La Mort du cinéma et de mon père aussi), de Dani Rosenberg

  • Documentaires

En route pour le milliard (The Billion Road), de Dieudo Hamadi
The Truffle Hunters, de Michael Dweck et Gregory Kershaw
9 jours à Raqqa, de Xavier de Lauzanne

  • Comédies

Antoinette dans les Cévennes, de Caroline Vignal
Les Deux Alfred, de Bruno Podalydès
Un triomphe (The Big Hit), d’Emmanuel Courcol
L’Origine du monde, de Laurent Lafitte
Le Discours, de Laurent Tirard

  • Films d’animation

Aya to Majo (Earwig and The Witch), de Goro Miyazaki
Flee, de Jonas Poher Rasmussen
Josep, d’Aurel
Soul, de Pete Docter

https://www.artyparis.net/cinemas-reouverture-mulan-radioactive-the-climb/

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet