fbpx
Now Reading
« Le Dernier voyage », le renouveau de la SF à la française

« Le Dernier voyage », le renouveau de la SF à la française

Mercredi 19 mai sortira Le Dernier voyage, un film de SF post-apocalyptique français, avec un casting aussi dingue que réussi, des personnages touchants et une bande-son entêtante. Décollage imminent.

Le compte à rebours pour retrouver les salles obscures a commencé et avec lui, l’envie de se précipiter pour voir un bon film. Le Dernier Voyage, premier long métrage réalisé par Romain Quirot en fera indéniablement partie. Petit ovni dans le paysage du cinéma français, le film raconte une fin du monde, celle de notre humanité qui, menacée par une immense lune rouge, ne trouve rien de mieux à faire que de piller l’astre, puis tenter de le détruire. Un seul astronaute sur Terre peut accomplir la mission : il se nomme Paul W.R. Mais depuis l’enfance, une étrange connexion le lie à cette immense lune dans le ciel. Il refuse la mission et disparait. Dans sa fuite, il se confronte aux souvenirs de son passé et croise la route de la jeune Elma, qui l’aidera à comprendre ce qu’il cherche.

Romain Quirot offre une incroyable aventure, avec un casting inattendu et réussi : Hugo Becker, Paul Hamy, Jean Reno ou encore Philippe Katherine en présentateur radio loufoque. La vraie révélation du film est la jeune Lya Oussadit-Lessert, qui, dans le rôle d’Elma, ne manque pas de captiver le spectateur. Visage angélique, l’adolescente dégourdie pose d’incessantes questions et réussit plusieurs fois à dérider l’énigmatique Paul W.R… et nous surtout.

Les effets spéciaux sont particulièrement réussis

Un film d’extérieur aux plans sanguins

Le film surprend par l’envergure des décors. Romain Quirot a d’ailleurs souhaité avoir un maximum de réalisme et pour ce faire, le tournage a principalement été localisé au Maroc. Cela se ressent dans la poussière, le sable et les couleurs rougeoyantes… Dans Le Dernier Voyage, la Terre brûle et on a chaud rien qu’à regarder les personnages évoluer dans ces décors de fournaise qui nous rappellent les déserts assoiffant de Lawrence d’Arabie (David Lean, 1962).

L’autre très grande réussite, ce sont évidemment les effets spéciaux, réalisés par la firme Digital District, qui co-produit d’ailleurs le film. Car qui dit SF post-apo, dit forcément robots, ruines, tempêtes de sable… Il fallait également donner vie à l’immense lune rouge. Accrochée dans le ciel, elle sublime les plans d’extérieurs et devient un véritable personnage du film, fascinante et mystérieuse.

Jean Reno joue Henry R.W., le père de Paul

Une patte bien personnelle

Tous ces aspects font bien sûr penser aux grands films américains de SF, Star Wars, Blade Runner ou encore Mad Max, dont le réalisateur ne cache pas l’influence sur son style. Et temps mieux, car il en synthétise l’essence, mais réussit à garder un ancrage bien français, bien à lui. On le retrouve notamment dans la bande son qui fait osciller le film entre composition originale par Etienne Forget et vieilles chansons françaises. Comment ne pas faire mention de la scène du restaurant accompagnée par Couleur Menthe à l’eau d’Eddy Mitchell, ou encore l’apparition de Françoise Hardy dans le paysage post-apocalyptique.

Le seul défaut qu’on pourrait finalement trouver au film est le dénouement rapide, en comparaison à la grande course-poursuite et aux nombreuses scènes d’action. Paul W.R. trouve (trop) facilement les réponses à ses questions, enterrées dans l’enfance. Cela dit, on passe quand même une heure et demie à en prendre plein les mirettes. Tu l’auras compris, on te le recommande chaudement, et, promis, ce n’est même pas du chauvinisme.

LE DERNIER VOYAGE
Réalisé par Romain Quirot
Avec Hugo Becker, Jean Reno, Lya Oussadit-Lessert, Paul Hamy
Trouve ta séance

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Scroll To Top