fbpx
En cours de lecture
Nos 6 coups de cœur du week-end : Victor Solf, Girl In Red, Myd …

Nos 6 coups de cœur du week-end : Victor Solf, Girl In Red, Myd …

Rédaction

Pour accueillir ce mois de mai, on retrouve cette semaine la néo soul de Victor Solf, le pop rock énergique de Girl In Red et les titres décalés et dansants de Myd. Sans compter nos autres coups de cœur à écouter sans plus tarder.

Victor Solf – Still. There’s Hope

Le morceau préféré de Luis : « Call Your Grandma »

Ses deux EPs y ont déjà fait allusion : Victor Solf met le piano au premier plan. Les sons de guitare électronique appartiennent au passé. Son premier album solo Still. There’s Hope est à la fois un départ et une continuité. Solf dédie la chanson Comet à son fils, sur Fight for Love, il se souvient de Simon Carpentier, son meilleur ami décédé et partenaire de Her. Musicalement, le trentenaire s’éloigne des hymnes pop et laisse plus de place aux harmonies changeantes. Sur le plan lyrique, Solf aborde les grandes questions de notre époque : où est l’espoir et quelle est ma place dans une société en cours de transformation ? 12 titres brillants, aux harmonies époustouflantes accompagnées d’un sublime son néo-soul.

Chroniqué par Luis.

Girl In Red – If I Could Make It Go Quiet

Le morceau préféré de Marin : « Apartement 402 »

De sa chambre d’ado au milliard de streams, la sensation norvégienne Girl In Red impose le respect du haut de ses 22 ans. Et cela, malgré le couperet de l’épidémie qui a annulé dates et tournées. De retour en 2020 dans le foyer familial à Oslo, loin de l’exaltation des concerts, Marie Ulven Ringheim a repris des maquettes laissées de côté et la voiture de son père pour aller à Bergen, une petite ville au bord d’un fjord à huit heures de la capitale, où elle a enregistré son premier disque. Sa pop rock énergique laisse percer l’introspection lucide d’une génération en proie aux doutes, aux sentiments ambigus et aux remises en question constantes. Auto-analyse d’une artiste confrontée à l’imprévisible, If I Could Make It Go Quiet est l’œuvre cathartique d’une paix retrouvée dans la vie comme en scène.

Chroniqué par Marin.

Myd – Born a Loser

Le morceau préféré de Anaïs « Together We Stand »

Après le succès du maxi All Inclusive en 2017, Myd sort enfin son premier album solo : Born a Loser. Cela fait près de 10 ans qu’il est pourtant déjà sur la scène musicale avec Club Cheval, groupe qu’il a partagé avec Sam Tiba, Panteros666 et Canblaster. C’est toutefois seul qu’il propose une pop house fun et décalée en digne héritier de la french touch, dans la lignée de Sébastien Tellier. Avec des morceaux house, électro, techno, groovy, ou encore funk, Myd est, comme Metronomy, inclassable. Et pour donner du relief à ses sons, l’artiste français de 34 ans a invité sur son disque les voix de Camden Town, Bakar, mais aussi ses potes Mac DeMarco, Jonathan Richman et Juan Wauters. Le tout donne un album rafraîchissant, très dansant et décalé. Le « looser », comme il le dit lui même, est ce garçon de 17 ans qui rêvait de devenir artiste, il s’appelle Myd et il a plutôt bien fait.

Chroniqué par Anaïs.

Météo Mirage – Météo Mirage

Le morceau préféré de Léola « Ton Nom »

Après avoir sorti un premier EP de quatre titres, suivis de plusieurs clips dont les récents Ton Nom et Transforme, le groupe français et pop Météo Mirage nous invite à voyager à travers cinq nouvelles chansons qui constituent leur second disque. Avec poésie, délicatesse et des touches pop, Météo Mirage aborde les thèmes du doute, du changement et du désir d’évasion, nous embarquant ainsi dans leur univers unique et qui leur colle à la peau. Ces cinq titres nous montrent une nouvelle facette du groupe qui n’est finalement plus inconnu pour la rédaction d’Arty. Cependant, avec sensibilité et légèreté, Météo Mirage nous invite une nouvelle fois à nous infiltrer, le temps de quelques minutes dans leur monde, pour en apprendre un peu plus sur eux. Et en ce moment, ça nous fait le plus grand bien.

Chroniqué par Léola.

Les Gordon – Dripping

Le morceau préféré de Marin : « Visions »

Alias de Marc Mifune créé en 2013, Les Gordon nous avait laissé l’année dernière avec un gros bébé sur les bras, son double album Altura. Place cette fois à un six-titres à taille humaine, Dripping, qui module les ambiances en jouant de samples vocaux (le chant distordu de What to Do ?), de sonorités dépaysantes (l’Asie dans Une fenêtre sur le monde) et d’expérimentations étonnantes (la balle de ping-pong de 09:16). Si la bidouille géniale du producteur fait mouche par son inventivité, c’est quand il s’abandonne à l’épure de ses rythmiques ciselées qu’il parvient à nous emporter dans son monde : la montée rayonnante d’Opale, son petit frère downtempo Sismographe et l’électro-pop redoutable de Visions. Par l’économie de tracks et d’effets, Les Gordon abat la carte gagnante du « less is more ».

Chroniqué par Marin.

French 79 & Fred Nevché – The Unreal Story of Lou Reed

Le morceau préféré de Marin : « Unreal Story Part. 2 »

De la poésie et de l’électro pour célébrer Lou Reed ? Les co-auteurs de l’élan artistique The Unreal Story of Lou Reed se complètent malgré leurs formes d’expression en apparence éloignées : Fred Nevché est voix empreinte de passion, French 79 est auteur de mouvement musical. Si le duo de circonstance partage bien une identité, elle est inscrite dans les trois premières lettres de leur nom d’artiste – « fre », signe que la French Touch peut s’emparer du monstre sacré new-yorkais. Les textes nous font oublier guitares et larsens du prince de la nuit, par la plume élégante de six auteurs dont Blandine Rinkel, Ronan Cheneau ou Christophe Fiat. Plus qu’un hommage à Lou Reed, cette armée des mots lui dédie une création inspirée.

Chroniqué par Marin.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet