fbpx
En cours de lecture
La Warner et HBO Max signent un deal historique pour 2021

La Warner et HBO Max signent un deal historique pour 2021

Warner Bros sortira son catalogue de films simultanément en salles et sur HBO Max, à compter du Wonder Woman en fin d’année, et cela pour tout le line-up de 2021. Dune, Matrix 4, le prequel des Sopranos, la suite de Godzilla, et même Space Jam 2 sont concernés. Les cartes de la distribution internationale sont rebattues, et plus personne ne retrouve le bon paquet.

L’année 2020 a bouleversé le monde comme une mauvaise bande-annonce d’un obscur opus de Roland Emmerich, type : « En 2020, oubliez tout ce que vous pensiez connaître… ». En 2021, il n’est pas dit que ledit monde se remette sur de bons rails. Il faudra, en tout cas, effectivement penser à oublier tout ce que nous connaissons, et composer avec de nouveaux codes et réglementations.

Non Néo, pas toi, pas après tout ce que tu as fait

Début décembre, les studios Warner Brothers, probablement sous l’œil désapprobateur des fameux frères Wonskolaser Harry, Albert, Sam et Jack, décident de rendre l’ensemble de leur catalogue pour 2021 disponible simultanément en salles et pendant un mois maximum sur HBO Max. La plateforme de SVOD, disponible pour l’instant uniquement sur le territoire américain, a été lancée en mai 2020 par la société-mère Warner Media. Quel curieux hasard.

Dune, la nouvelle adaptation ultra attendue de Denis Villeneuve, récemment repoussée en France au 29 septembre prochain, sera donc à voir en salles ET sur HBO Max jusqu’au 31 octobre. Et bien d’autres : Matrix 4, le prequel des Sopranos, la suite de Godzilla et même Space Jam 2 (on te voit, LeBron). Les festivités débuteront dans deux semaines, pour souhaiter un joyeux Noël à Diana Prince, alias Wonder Woman.

Je m’en vais corriger ces insensibles chez Warner Bros. !

« Je suis colère parce que je suis trahison » Monsieur Manatane

Inutile de préciser que la majorité des exploitants ne le voient pas d’un très bon œil, et nous non plus. Car si la décision de Warner est pour le moment isolée, on peut légitimement craindre qu’elle soit rapidement suivie par les autres studios. Et que certaines salles de cinéma, déjà terriblement affaiblies par ce « nouveau monde » et la pandémie qui l’a transformé, ne trouvent plus la force de se relever.

Alors oui, il y aura toujours un public pour le cinéma, les cinéphiles avertis et les amateurs de grand spectacle pour qui l’obscurité d’un écran de 20 mètres, bien sûr, restera le meilleur moyen de profiter d’une œuvre, d’un plan, d’une émotion. Mais pour ces quelques irréductibles, combien de déserteurs, à l’heure des téléviseurs QLED bon marché et des vidéoprojecteurs de qualité ? Si « l’effet cinéma » se retrouve dans le confort de son canapé, combien sortiront serrer le coude de leur exploitant de quartier ou du responsable du multiplexe voisin ?

On te relayait début novembre les excuses qu’avait dû présenter la Warner aux différentes associations et communautés touchées par la représentation des sorcières dans l’adaptation de Roald Dahl par Robert Zemeckis, mais on n’est pas sûr que le studio demande aux cinémas de le pardonner sur ce coup.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet