fbpx
En cours de lecture
Juliette Armanet danse sur un piano debout pour « Le Dernier jour du disco »

Juliette Armanet danse sur un piano debout pour « Le Dernier jour du disco »

Quatre ans après la sortie de Petite Amie, l’ex-journaliste devenue idole des jeunes remonte le temps jusqu’aux années 80 pour Le Dernier jour du disco.

Les adeptes de cinéma indépendant américain ne sont pas sans connaître l’œuvre phare de Whit Stillman, Les Derniers Jours du disco, hommage festif et crépusculaire à l’insouciance pailletée des années 80. Avec le même référentiel vintage, Juliette Armanet en offre le pendant musical qui aurait bien pu rejoindre la bande son du film sorti en 1998.

Quatre ans après Petite Amie (double disque de platine, quand même), l’élégante interprète est de retour en dansant sur un piano avec sa voix fluette si caractéristique – pour une production qui l’est moins. Si les premières secondes du Dernier jour du disco sont « typiquement Armanet » avec son piano-voix accentué par quelques effets discrets, le refrain nous emporte dans une frénésie dansante avec un beat très French Touch auquel nous avait peu habitué la chanteuse.

Des crédits à faire pâlir n’importe quel musicien

Aux crédits, on découvre une galerie de noms prestigieux parmi lesquels SebastiAn, à la production de ce tube référencé. L’homme de l’ombre de l’écurie Ed Banger avait notamment produit le dernier album de Charlotte Gainsbourg, et impose sa marque au chevet de Juliette Armanet : beat marqué, progression de synthés et drop jouissif.

Le second album de l’artiste devrait quant à lui convoquer l’inévitable ingénieur son Julien Delfaud (Etienne de Crécy, Phoenix, Sébastien Tellier), mais aussi l’arrangeur et multi-instrumentiste Victor Le Masne (Kavinsky, Gaspard Augé) et Marlon Le B, déjà présent sur le premier disque. Après l’opus disco de Clara Luciani en juin dernier, Armanet semble confirmer qu’une faille temporelle vers les années 80 s’est ouverte dans la seconde moitié de 2021.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet