fbpx

Interview : Joseph Schiano di Lombo, à l’orée des mondes 

Camille Laurens
Un album canin, un polar à venir qui n’en est pas un, du Mylène Farmer en do mineur, l’artiste polymorphe surprend autant qu’il ravit. Sortir des carcans traditionnels pour réinventer le concept de l’artiste, Joseph Schiano di Lombo va faire parler de lui, chez nous et nos amis les canidés.

Certaines rencontres saisissent de par leur intensité, d’autres par le poétisme qui nappe peu à peu la pièce. De Joseph Schiano di Lombo émane une douceur indomptée, à la fois sauvage et posée. Chacun de ses mots semble peser et pourtant le compositeur de Musique de Niche, dernière pépite du label Cracki Records, reste un mystère.

Un piano présent dans notre salle attire son attention, Joseph est déjà ailleurs. Quelques notes de Ravel, pourtant le morceau avec lequel il est le moins en phase, et l’interview peut commencer. Ravel, Chopin, autant de compositeurs dont le répertoire fascine notre invité « Ravel est coriace, tandis que Chopin est plus pianistique. Je m’attaque à lui, car je n’arrive pas à le maîtriser. C’est un challenge, une frustration ! » Vous l’aurez compris, l’artiste, bien qu’il réfute l’appellation, va nous guider dans des univers variés, entre musique, fugue sans sujet et Mylène Farmer. Une versatilité qui fait office d’unicité, rencontre.

Camille : Déjà la classique. Comment vas-tu ? 

Joseph Schiano di Lombo : Bizarrement, bien. Cette année était anxiogène, mais je me suis cloîtré dans un espace ouvert. Celui du piano, du dessin, de l’écriture. Je suis de nature casanière donc j’ai réussi à m’évader. Et je suis parti à la campagne un laps de temps nécessaire pour profiter du grand air.

C. : Piano, dessin, écriture, harpiste… Tu es un artiste polymorphe ?

J.S.L. : Attention ! La harpe, c’est pour rire !

C. : Tu rigoles de manière assez professionnelle au vu des vidéos ou tu joues…

J.S.L. : Oui, mais c’est plus pour la blague. J’ai de l’oreille …

C. : Oreille absolue ? 

J.S.L. : Non, mais j’ai une facilité à saisir les notes.

C. : Tu as commencé à quel âge ? Peux-tu nous décrire ton parcours ? 

J.S.L. : J’ai commencé à 6 ans. La classique, les parents qui poussent. D’abord avec la clarinette, puis le piano au conservatoire de Chambéry. Je viens de Savoie. Et à côté, je dessinais de manière obsessive. Pendant quelques années, j’ai travaillé sur ça. Puis, une prépa littéraire mais à 20 ans, j’ai quitté Chambéry, ça a été une révélation.

C. : Pourquoi ? 

J.S.L. : Je sentais que je n’avais plus rien à y faire, il me manquait beaucoup de choses que je n’avais jamais eu. Les concerts, les  musées, les rencontres. J’étais trop ambitieux… Attention hein ! Pas dans le sens, les dents qui rayent le parquet mais je ne trouvais plus de stimulation en Savoie même si j’adore la région !

C. : Et Paris du coup ? 

J.S.L. : Ça a été mes grandes années piano. La révélation. Je me suis inscrit dans des cours à Normale, où je jouais surtout des compositions classiques, Beethoven, Chopin. Puis, il y eu un revers de médaille.

C. : C’est à dire ? 

J.S.L. : En fait, j’ai une progression assez rapide : j’ai rapidement rattrapé le retard que j’avais pris en commençant si tard le piano. Mais lorsque les pièces sont devenues très difficiles, voire acrobatiques, c’est là qu’a commencé le désenchantement. J’avais une musculature qui n’était pas assez performante pour des pièces trop ambitieuses. L’échec c’est difficile à accepter lorsque tu es passionné, après ça, j’ai eu besoin de m’éloigner du répertoire classique.

 

C. : Oui, et il y aussi une grosse pression chez les enfants talentueux qui peut bloquer ?

J.S.L. : Totalement. J’ai très vite atteint des paliers et parfois, il y a une « barque sur l’océan », de Ravel qui vous remet à votre place. Et puis, on vous pousse encore et encore jusqu’au blocage. J’ai abandonné pendant même que j’étais au conservatoire, je suis devenu un cancre ! J’étais en burn-out musical. Au conservatoire, je passais 8h sur mes cours, mais mon corps me faisait passer des messages, j’avais des tendinites, des maux de tête. Et aussi j’avais terriblement envie de faire les Arts Déco…

C. : Les institutions t’ont écœuré du piano ? 

J.S.L. : Non c’est moi. J’ai une sorte de FOMO permanent, le fameux fear of missing out, ou « peur de rater quelque chose ». C’est très constructif dans mon évolution, et je pense que j’avais besoin d’une nouvelle étape pour m’épanouir.  C’est très français ce système de cloisonnement éducatif, il est très difficile d’être pluridisciplinaire en étant pris au sérieux. Tu fais du dessin à côté du piano ? Ah donc tu es n’es pas vraiment pianiste, donc tu es dessinateur. Il fait tout sclérosé alors que pour moi, mélanger les médiums c’est un métier en soi !

Joseph Schiano di Lombo sous l’objectif d’Anoussa Chea
C. : Et alors les Arts Déco ? 

J.S.L. : Cela été un heureux hasard. J’ai tenté un peu sur un coup de tête et… J’ai passé le concours, c’est passé d’un échappatoire à un choix de vie.

C. : Par rapport à la teneur du conservatoire, tu as pu trouver satisfaction aux Arts Déco ?

J.S.L. : Eh bien figure toi que non. J’ai été assez déçu de ne pas trouver des ponts plus facilement entre les médiums. La seule chose qui m’a sauvé, ça a été mon Erasmus à Kyoto, aux Beaux-Arts. Une révélation ! Pendant presque 6 mois, j’étais végétatif, en contemplation tellement la puissance ésotérique et poétique du Japon est fascinante. En plus, j’ai pu faire le trans-mongolien et sibérien pour m’y rendre, un voyage !

C. : Un souvenir précis du train ? 

J.S.L. : Un de mes voisins qui me regardait tout le temps écrire, et qui m’appelait Pouchkine car il trouvait que j’avais la même calligraphie. À part ça, je n’ai pas totalement produit delà-bas, c’est comme si j’emmagasinais pour plus tard. Je lisais aussi pas mal.

C. : Tes parents sont très littéraires ?

J.S.L. : Ma mère lit peu et mon père, carrément pas. Il se vante très souvent de n’avoir lu que 5 livres dans sa vie, ce qui a du sens. Si l’on peut se vanter d’en avoir lu beaucoup, pourquoi ne pas le faire dans l’autre sens ? Je suis le seul qui ait développé cette bibliophilie compulsive, qui n’est pas loin d’être un snobisme !

C. : Tu as beaucoup de références très érudites dans tes travaux, pourquoi ? 

J.S.L. : C’est vrai. Mais c’était avant. J’étais fasciné par les grands noms, mais depuis une amie féministe m’a fait découvrir une autre type de littérature fascinante. D’abord, j’ai pris conscience que ma bibliothèque était essentiellement masculine, ce qui m’a fait un choc. Depuis, je lis et j’écoute aussi principalement des femmes. L’une que j’affectionne le plus c’est Hélène de Moutgeroult, l’une des fondatrices du mouvement romantique dont on parle trop peu. Aussi, je lis l’œuvre complète de Virginia Woolf !  Elle a été si prolifique. 

C. : Tu as été aussi nez ?!

J.S.L. : Alors pas totalement. J’ai participé à la création d’un parfum mais c’est une œuvre de Barnabé Fillion. Au départ j’avais envie de diffuser deux essences avec des huiles essentielles et lui avec son art l’a amené plus loin ! Il s’appelle le parfum vertical. On s’est inspiré d’un vers de Jean Arp qui dit « l’espace a un parfum vertical » . Donc je voulais à la fois des racines de bois de cèdre, de l’atlas, en aromathérapie, on dit qu’elle implante les gens dans les considérations des soucis terrestres, et de l’encens. Ces deux notes tiennent le parfum dans une verticalité. Il sent finalement la mine de crayon !

C. : Tu aimes surprendre, comme par exemple en reprenant des classiques comme Mylène farmer ou J.Lo au piano ?

J.S.L. : Oui je déteste la catégorisation, et le mépris de classe. Ça m’amuse de faire dialoguer des époques, des milieux, des styles. J’ai une dent contre les mauvais snobs. En France, on est nombreux à considérer que la musique populaire n’est pas qualitative. Or, Mylène Farmer m’a offert des grands frissons, tout comme l’humour populaire que l’IRCAM ne m’offre pas forcément, j’ai du mal avec l’élitisme.

C. : Et alors Mylène ? 

J.S.L. : J’ai commencé avec J.LO, très pianistique. En musique il y a le thème et la variation, tu joues un thème puis après tu le varies, à partir des mêmes notes. Jouer dans le style de… Mais en réalité c’est beaucoup de boulot.

C. : Et du coup le projet Caresses avec Cracki Records ? 

J.S.L. : Eh bien écoute, ça fait longtemps que je les connaissais mais jusqu’ici ce que je faisais ne collait pas forcément. Une fois, je leur ai partagé mon envie de faire de la musique pour Golden Retriever. C’est parti de ce délire ! Puis, j’ai rassemblé et fait un lien de 13 démos en l’appelant Musique de niche. Au début, Caresses, je me suis dit que c’était impossible de la sortir. Je n’assumais pas du tout, j’ai des résidus d’élitisme et pourtant c’est le morceau qu’ils ont préférés. Je leur ai fait confiance !

C. : Pourquoi les chiens ?

J.S.L. : C’est inexplicable. J’ai grandi avec un labrador, elle s’appelait Mahori ! On a créé un lien très fusionnel, c’était un peu ma besta. J’aime la joie des chiens. La pensée féministe de Donna Haraway dans son dernier livre Staying With The Trouble a beaucoup changé ma façon d’envisager les rapports à ces êtres qu’on a appelés les animaux. Dans d’autres livres comme « Le Manifeste des espèces compagnes. Chiens, humains et autres partenaires », elle développe une pensée sur l’amour interspéciste, je trouve cela très beau.

 

C. : L’amour inter-spéciste ?

J.S.L. : Dans son manifeste, elle parle de son relation avec Cheyenne, sa chienne. Avec elle, tous les jours, il y a un échange de salives de par les câlins, les marques d’affection. Elles appellent « une infestation comportementale que l’on appelle amour. » Pour moi, il y a quelque chose de très fort entre un maître et son chien, de singulier. C’est presque de l’andropomorphisme. Tout ce qui m’éloigne du concept sclérosé du cisgenre blanc m’enchante.

C. : Et du coup, tu écris de la musique pour les chiens mais faite par l’humain ?

J.S.L. : Cette musique est pour les humains. Je ne suis pas allé à L’IRCAM pour essayer de découvrir avec des vétérinaires ce qu’un chien peut écouter et ressentir. Il n’y a rien de plus humain que cette démarche. Je me suis rapproché de ce que nous, humains, on a a imaginé du monde canin. Et, le nom de l’album Musique du niche fait un lien entre ce qui est simple, grand public, sympathique comme les enfants, comme un labrador, et en même temps de niche, car très peu de gens se concentrent dessus et ont déjà écrit pour les chiens. Cet oxymore un peu ironique en rappelle à mon histoire !

C. : Tu l’as fait écouter à tes chiens ?

J.S.L. : Je n’en ai pas mais des amis m’ont assuré que ça les apaise ! Moi je sens que ce n’est pas encore le moment pour en avoir un.

« Le nom de l’album Musique du niche fait un lien entre ce qui est simple, grand public, sympathique comme les enfants, comme un labrador, et en même temps de niche, car très peu de gens se concentrent dessus » © Anoussa Chea
C. : Tu marches beaucoup à l’instinct ?

J.S.L. : Oui, toujours. On me dit que je suis très cérébral parce que je veux tout expliquer, mais j’ai cette tendance à écouter mes pulsions, mes intuitions.

C. : Une satisfaction en tant qu’humain ouvert ?

J.S.L. : L’instant. Et le lâcher-prise, en tous cas dans mes travaux. Le succès est rarement là où on l’attend. Ah, il faut aussi s’attendre à être lynché avec le succès. C’est l’équilibre. J’essaie de ressentir des frissons quand je produis quelques chose et que ça a émeut, avec plaisir.

C. : Tu sors bientôt ton roman ?

J.S.L. : Oui, chez l’éditeur B42. C’est une commande de la designer graphique Fanette Mellier, qui m’a demandé un polar dont l’action se passe à Chaumont, en Champagne-Ardenne. C’était une merveilleuse expérience, un peu de pression : par l’intermédiaire de Fanette, j’avais déjà plus ou moins un éditeur alors que pas
une ligne du texte n’était écrite…

 

C. : Et si Mylène te propose un zénith ?

J.S.L. : Je fonce !

C. :  Pour finir, être un artiste c’est quoi ?

J.S.L. : Quelqu’un qui ne se sait pas artiste, peut-être ? Du coup, pour
beaucoup d’entre nous c’est râpé ! C’est terrible comme question. Je pense qu’il manque des mots à notre vocabulaire. Le terme artiste est très petit, ou trop grand. À l’heure où nous discutons, et puisque tu me l’as demandé, je lui préfère celui d’humain ouvert ! Et surtout un·e artiste n’existe qu’au prisme de l’autre, seul·e il ou
elle n’est rien.

L’album Musique de Niche sortira le 9 avril 2021.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet