fbpx
En cours de lecture
#DeboutLesFestivals : Les organisateurs refusent les festivals assis

#DeboutLesFestivals : Les organisateurs refusent les festivals assis

Marin Woisard

Des clichés de chaises vides accompagnés du hashtag #DeboutLesFestivals sur Instagram : les festivals tirent la sonnette d’alarme face aux obligations du Ministère de la Culture.

Dans le parc de Saint-Cloud pour Rock en Seine, les pieds dans le sable pour Cabourg Mon Amour, au bord du lac du Bourget pour Musilac… Les organisateurs de festivals ont décidé d’adopter la politique de la chaise vide sur les réseaux sociaux. Plus de 40 festivals ont rejoint l’initiative dont We Love Green, Le Printemps de Bourges, Lollapalooza, les Eurockéennes de Belfort ou encore Beauregard.

Les photos accompagnées du hashtag #DeboutLesFestivals témoignent du désemparement de la profession face aux mesures du gouvernement, plus particulièrement celle d’imposer des événements en configuration assise à l’été 2021 : « Les festivals à jauge debout ne se voient toujours laisser aucun autre choix que de forcer leur public à s’asseoir ou d’annuler leur édition 2021 » peut-on lire dans un communiqué conjoint, « au-delà de la logistique coûteuse et complexe qu’implique la mise en place d’une configuration assise, cette disposition dénature l’essence même des festivals. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cabourg, Mon Amour (@cabmonamour)

2021, nouvelle année blanche pour les festivals ?

Les différents sondages menés auprès des festivaliers sont sans appel : si la majorité est prête à porter un masque et faire des tests, l’obligation d’un festival assis sans buvettes ni points de restauration reçoit un avis de désapprobation générale. Le 18 février dernier, la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot avait en effet annoncé que le protocole pour le maintien des festivals impliquerait une jauge maximale de 5000 personnes, masquées et assises, distanciées et en plein air.

La levée de boucliers des organisateurs de festivals ne s’est pas fait attendre : « Elle nous a donné un cadre qu’on a appelé pour certains un carcan, explique Jean-Paul Roland, directeur des Eurockéennes pour Le Parisien. Un festivalier n’est pas un simple spectateur, on vient au festival parce qu’on y trouve un esprit, et imposer le fait d’être assis c’est sacrifier l’esprit des festivals sur l’autel de la pandémie. » Cet état d’esprit dégradé s’accompagne surtout de la remise en question du modèle économique des festivals, poussant nombre d’entre eux comme Garorock, les Solidays ou le Hellfest à annuler leur édition 2021 sans attendre de nouvelles mesures.

Les prochains jours seront décisifs. La rencontre entre les organisateurs de festivals et la Ministre de la Culture a été reportée, après l’hospitalisation de Roselyne Bachelot pour avoir contracté la Covid-19. Si l’état de la Ministre s’est stabilisé et n’inspire plus de craintes, celui des festivals est plus que jamais sujet à inquiétudes.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet