fbpx
En cours de lecture
Nos 3 coups de cœur de la semaine : Nils Frahm, Kazy Lambist et Arca

Nos 3 coups de cœur de la semaine : Nils Frahm, Kazy Lambist et Arca

Quelles sorties ont retenu notre attention cette semaine ? Place à notre traditionnelle sélection hebdomadaire avec Nils Frahm, Kazy Lambist et Arca.

Est-ce que l’on ne commencerait pas à voir les retombées créatives de la pandémie ? Ces artistes enfermés chez eux, privés de concerts où se produire, n’ont eu rien d’autre à se mettre sous la dent que des claviers et des partitions. Il fallait bien que tout cela sorte un jour sur la place publique.

Cette semaine, on écoute la collection de 23 morceaux de piano que Nils Frahm a rassemblé pendant le premier confinement, le retour aux sources débarrassé de toute machine de Kazy Lambist, et la quadruple sortie tentaculaire de la productrice Arca. Par leur temporalité ou en esprit, ces sorties sont le fruit de nos différentes solitudes pandémiques, désormais offertes au monde.

Nils Frahm – Old Friends New Friends

Le coup de ♥ de Marin : « Rain Take »

Nils Frahm, déjà de retour ? Peut-être que le compositeur allemand s’ennuyait depuis la sortie son disque collaboratif avec F.S. Blumm, 2×1=4, en septembre dernier. Trois mois ont coulé et Frahm revient avec une collection de ses archives, composée de 23 titres de piano produits au cours de ces douze dernières années, et assemblée au cours de la pandémie. Cette synthèse de son travail est vivace par ses différents styles et pianos variés sur lesquels les morceaux ont été enregistrés : « Je pourrais peut-être dire que c’est un album sur lequel j’ai travaillé pendant douze ans, et que j’ai finalement assez de matière aujourd’hui ? » confie l’artiste à haute voix. L’idée nous plaît bien de s’imaginer un album somme à l’épreuve du temps.

Chroniqué par Marin.

Kazy Lambist – Decrescendo

Le coup de ♥ d’Eva : « Headson Decrescendo »

Decrescendo est en quelque sorte l’EP du retour aux racines pour Kazy Lambist. Après le grand succès de son album 33 000 FT., l’artiste electro-pop change de direction et explore le mariage de sa voix acidulée et entraînante avec le coffre et la pureté de la musique lyrique. Composé sans percussions, sans effets spéciaux et sans clavier, cet EP surprend par son alliance pop et classique, et par son utilisation des instruments à corde. Sorte de pied à nez à ceux qui disent que l’électro est une musique de club, Kazy Lambist invite la poésie de la musique classique dans les rythmes effrénés de l’électro moderne, et ça fonctionne.

Chroniqué par Eva.

Arca – KICK ii, KicK iii, kick iiii, kiCK iiiii

Les coups de ♥ de Marin : « Prada/Rakata »

Arca, excessive ? À peine. L’artiste vénézuélienne vient de sortir KICK ii, KicK iii, kick iiii pendant quatre jours consécutifs fin novembre et début décembre – avec en guise de surprise finale kiCK iiiii, au cas où il faisait encore faim. La productrice hyperactive nous innonde ainsi de 47 morceaux d’une hyper-pop de qualité variable, mais toujours aussi furieusement expérimentale, qui s’inspire du chaos ambient pour créer une hydre aux mille têtes. On y entend le featuring avec Sia taillé pour des diffusions grand public Born Yesterday, un double manifeste reggaeton sur la non-binarité Prada/Rakata, mais aussi Incendio, Queer, Electra Rex qui pourraient être les hymnes d’une nation androïde. Fidèle à rien si ce n’est son penchant assumé pour l’immodération, Arca établit sa mythologie sur l’idée d’un mouvement créatif perpétuel.

Chroniqué par Marin.

© 2022 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet