fbpx
En cours de lecture
« BAC Nord », entre voyous et ripoux

« BAC Nord », entre voyous et ripoux

Tandis que les films sur les conflits en banlieue sont légions, on s’est posé la question : Bac Nord, film marquant à l’identité propre, ou énième opus sur une institution désœuvrée ? Cédric Jimenez revient ce mercredi en salles obscures pour nous présenter une œuvre inspirée de faits réels, ayant eu lieu dans sa ville natale de Marseille, en 2012.

BAC Nord introduit un casting all stars (de gauche à droite) : Karim Leklou, François Civil, Gilles Lellouche et Adèle Exarchopoulos

2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la BAC Nord, brigade de terrain, cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu’au jour où le système judiciaire se retourne contre eux…

Généreux et musclé

Cette année-là, 18 membres de la BAC ont été déférés en correctionnelle pour trafic de stupéfiants et racket. Avec BAC Nord, Cédric Jimenez se focalise sur une équipe de la BAC constituée de trois agents interprétés par Gilles Lellouche (avec qui il avait déjà collaboré pour La French aux côtés de Jean Dujardin), Karim Leklou (Le Monde est à toi de Romain Gavras) et le jeune prodige du cinéma indépendant, François Civil (Five d’Igor Gotesman). Poussés par leur hiérarchie, ces hommes en quête de justice cherchent à améliorer leurs résultats, mais entre risques sur le terrain et embûches administratives, ils sont forcés d’adapter leurs méthodes au risque de franchir la ligne blanche…

Dans ce scénario bien ficelé, chaque point est parfaitement bien travaillé. Le film ne nous laisse pas sur un goût amer d’inachevé. Au contraire, généreux, BAC Nord nous en donne « en veux-tu en voila » et va jusqu’au bout dans l’illustration de son propos par une réalisation aux petits oignons, que ce soit dans le sublime ou dans le tragique. Notamment sur les scènes plus musclées, très efficaces et immersives : le spectateur est au plein cœur de l’action à chaque instant. Ces images rythmées sont accompagnées d’une bande son sur-vitaminée et éclectique : rap, variété, électro…

Les moments de respiration sont également soignés, du point de vue de la mise en scène comme du scénario : les répliques et dialogues sonnent en général justes. Les interprètes Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil, Adèle Exarchopoulos et Kenza Fortas délivrent des performances touchantes et réalistes, entre rires et pleurs, comédie et drame.

Gilles Lellouche interprète un policier de la BAC, dépassé par la réalité asphyxiante du terrain

Un autre film sur la BAC après Les Misérables, possible ?

Après le césarisé Les Misérables, y avait t’il encore de la place pour un « autre » film sur la BAC ? Rangez vos fourches et torches enflammés, la réponse est « oui ». Bien que les deux films partent d’une histoire vraie, ils ne racontent absolument pas la même chose. Le premier dépeignait le douloureux constat, en 24h, du manque de compréhension et de communication entre plusieurs acteurs quotidiens des cités, et l’impact tragique d’une incitation permanente à la haine sur les jeunes générations. Le second relate la fracture entre le travail de terrain et le travail de bureau, comment un groupe donné essaie tant bien que mal de faire son travail, tandis qu’un autre, plus élevé dans la hiérarchie, ne cesse de lui mettre des bâtons dans les roues sans vraiment s’en rendre compte, rendant la situation sans issue. En l’état, il n’y a pas de happy-end possible dans ce contexte d’entraves permanentes entre les différentes strates du système.

BAC Nord a su trouver son ton et se forger une identité propre. Dans la salle on a pu observer des rires, des émotions fortes, de la tension… On est à chaque instant aux côtés des protagonistes, à travers tout le spectre de leurs émotions, et c’est en ça que le film se détache de ses prédécesseurs : prenant un axe naturaliste, mais non moins immersif et musclé, Cédric Jimenez nous offre une aventure humaine sans fioritures, un véritable shoot d’adrénaline.

BAC NORD
Réalisé par Cédric Jimenez
Avec Gille Lelouche, Adèle Exarchopoulos, Karim Leklou, François Civil
Trouve ta séance

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet