fbpx
En cours de lecture
Silly Boy Blue sur l’escalator de la résilience avec « The Riddle »

Silly Boy Blue sur l’escalator de la résilience avec « The Riddle »

Marin Woisard

Son premier album annoncé pour l’année 2021, la chanteuse et compositrice Silly Boy Blue en dévoile le troisième single The Riddle où elle évoque sa résilience amoureuse.

On connaissait la métaphore de la lumière au bout du tunnel, Silly Boy Blue innove avec la sortie au bout de l’escalator. Quatre mois après son libérateur Goodbye, la chanteuse continue de gravir les marches (pas mécaniques, cette fois) vers son premier album avec son nouveau titre The Riddle.

Assumé comme le parfait contre-pied d’une semaine placée sous le signe de l’amour, Saint-Valentin et autres biquetteries obligent, cette nouvelle chanson est l’occasion d’évoquer une relation passée qui a conservé tout son mystère. Faut-il le dire, l’amour est parfois une conjugaison au passé qui subsiste au présent : « The Riddle veut dire l’énigme. Elle parle de quelqu’un que je n’ai jamais réussi à déchiffrer » nous explique Silly Boy Blue.

Silly Boy Blue remonte un escalator à contre-sens, symbole d’une résilience (apparemment) impossible

Un espoir qu’il appartient à chacun de saisir

Ana Benabdelkarim (de son vrai nom) accompagne toujours ses mélodies accrocheuses d’une introspection implacable : « J’ai écrit cette chanson pour me rappeler qu’il faut se concentrer sur l’espoir, qu’il y a toujours un endroit à trouver où l’on se sentira bien. D’où le mantra du refrain ‘Somewhere, you could be fine somewhere, you have to find somewhere, he’s not the one’. Pour enfin trouver une chambre à soi, où l’on se sent en sécurité ». Il ne faut pas compter sur Silly Boy Blue pour conter fleurette au détour de pop songs légères et futiles.

Visuellement, l’intention est fidèlement retranscrite par le réalisateur Mehdi Sef. Tourné dans le métro de Prague – on aurait juré que c’était l’escalator de la station Place des Fêtes, le clip décline les préoccupations actuelles de Silly Boy Blue avec une esthétique vintage : « Nous voulions transcrire ce sentiment complètement fou d’obsession, que rien ne peut arrêter sauf soi-même, à la fin, quand on se rend compte qu’il faut lâcher prise » confie Mehdi.

Le premier album de Silly Boy Blue est attendu de pied ferme en juin 2021.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet