fbpx
En cours de lecture
Report : 2 jours au fil de la House au Festival Amour sur Seine

Report : 2 jours au fil de la House au Festival Amour sur Seine

+12
Voir la galerie

Qui a dit qu’il ne s’était rien passé au mois d’août à Paris ? Le label AOC Records a largué les amarres au 69 Port de la Rapée pour 2 jours de son et de teuf avec Bellaire, Session Victim, Emma B et bien d’autres…

Samedi 21 août, on s’est retrouvé pour le Festival Amour sur Seine sur la péniche de la Mazette, dont les nostalgiques de soirées électro et techno se souviennent comme le lieu de Concrète – le club avait fermé ses portes en 2019 après avoir fait danser toute la capitale pendant 10 ans.

La Mazette se définit comme un bar dansant : « Ce n’est pas un bar, ce n’est pas un club. C’est exactement un entre-deux » expliquent les propriétaires du lieu. La péniche se distingue par trois spots pensés pour profiter des différents moments de la journée. Arrivés au milieu de l’après-midi, on s’installe tranquillement sur les tables du rooftop pour se raconter nos vacances autour d’un cocktail rafraîchissant.

Emma B sur le pont de La Mazette © Léo Kattwinkel

Soleil & cocktails

Après quelques minutes, on rejoint le dancefloor situé à une poignée de mètres, avec quelques téméraires qui dansent déjà sous les platines d’Emma B. Souriants et heureux, les parisiens profitent des rayons de soleil. À cet instant, une atmosphère paisible et joyeuse illumine les quais de Seine du 12e arrondissement.

À l’intérieur de la péniche, tandis que le crépuscule s’invite doucement à la partie, Bomel nous régale d’un live au clavier ultra groovy, accompagné du musicien Georges à la basse. Impossible de rester impassible face à cette musique fédératrice qui rassemble une foule en liesse.

Bellaire a retourné la barge au niveau -1 © Léo Kattwinkel

Attention à la houle à bâbord

À la nuit tombée, place à Bellaire qui fait tanguer la Mazette sur le classique indémodable Free From Desire, avant de laisser place à Session Victim qui clôture la soirée avec des sonorités plus techno…. Face à un public bouillant qui ne demande plus qu’à danser jusqu’au petit matin.

La scène émergente de la House Music a remplacé les soirées technoïdes de Concrète ; qu’on se rassure, le collectif AOC Records est là pour assurer la relève de la fête sur les Quais de Seine !

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet