fbpx
En cours de lecture
EXCLU : Pléthore nous entraîne dans le dédale urbain et surréaliste de « You Walk Away »

EXCLU : Pléthore nous entraîne dans le dédale urbain et surréaliste de « You Walk Away »

L’architecte sonore Pléthore tente de fuir une réalité oppressante à travers les escaliers labyrinthiques du clip You Walk Away, en exclusivité sur Arty Magazine. La réalisation de Maxime Baïle s’inscrit entre les constructions mentales d’Inception et le surréalisme démesuré de Gwen, le livre de sable.

Avec son masque triangulé et ses effets de son à géométrie variable, Pléthore est le reflet de nos trajectoires esseulées dans une mégalopole déshumanisée, où ses rythmiques électro-soul sonnent comme le dernier échappatoire vers la poésie. Après avoir posé les fondations de son univers avec L, son premier EP, le projet formé par le chanteur et batteur Louis Faloci s’aventure vers un avenir radieux avec son grisant nouveau single You Walk Away, cadencé par ses rythmiques électro, son saxophone jazzy et sa voix lancinante. Sa production s’empare des codes de la neo-soul, de l’électro-pop et du trip-hop pour ériger un hymne fédérateur où la liberté de composition résonne comme le seul mot d’ordre.

S’échapper et survivre à la mégalopole déshumanisée

Seconde collaboration avec le réalisateur et animateur Maxime Baïle, après le sublime clip de Home, le visuel de You Walk Away dresse le portrait d’une cité tentaculaire dont on cherche la porte de sortie. Au milieu des lignes de fuite, le personnage de Pléthore est dupliqué à l’infini dans le flou des optiques, en arrière-plan des buildings, sous le regard numérique de caméras de sécurité. Dans ce labyrinthe de verre et de béton évoquant l’escalier de Penrose, introduit au cinéma dans le cultissime Inception, Pléthore cherche à s’échapper au cours d’une longue ascension vers un ailleurs plus favorable, que le personnage trouve au terme de sa quête dans un face-à-face irréel avec la lumière blanche et irradiante du soleil. Verra t-on nous aussi le bout du tunnel ?

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet