fbpx
En cours de lecture
Les meilleurs clips de février : La Femme, Requin Chagrin, Christian Löffler…

Les meilleurs clips de février : La Femme, Requin Chagrin, Christian Löffler…

Rédaction

Les clips de février nous font voyager entre rêve et réalité. Et si l’on se laissait porter par l’imaginaire, le cœur réchauffé par les premiers rayons de soleil de l’année ?

Une douce échappée dans les rues espagnoles avec La Femme, un rêve entre ombres et lumières avec Ojos, une plongée dans le carnaval de Dunkerque avec La Houle, des décors en carton-pâte avec Clio… Mais aussi de l’animation aux couleurs pastels et un fantôme vintage.

La Femme – Le Jardin

Réalisé par La Femme

Le calme et les longues séquences n’avaient pas été associés aux clips musicaux de La Femme jusqu’à présent. Pour sa nouvelle chanson Le Jardin, le groupe français a fait ses adieux à son agitation stylistique. Dans ce clip, on vogue à travers le jardin, les colonnes, le brouillard et la nature dans la ville. La complexité de la vidéo est séduisante. Le jeu avec la lumière diffuse, les ombres et les gros plans des nymphes établissent de manière appropriée le lien avec l’esprit de la nature féminine de la mythologie ancienne.

Chroniqué par Luis.

Requin Chagrin – Déjà Vu

Réalisé par Antoine Carlier

Requin Chagrin nous ramène sous un ciel d’été en bord de mer et scintille telle une étoile filante dans son dernier clip Déjà vu, porté par une esthétique rétro et minimaliste. Marion Brunetto prononce ses vœux sous les étoiles qui se multiplient et nous plonge dans une galaxie à la fois familière et onirique. « Des balles perdues dans le décor et filaient tout droit » pouvons-nous entendre. Des paroles qui tendent à rappeler ces soirées estivales tant appréciées, bercées par d’innombrables constellations. Les images duveteuses engagées par l’artiste apparaissent comme le souvenir mystique d’un soir d’été en plein brouillard.

Chroniqué par Zoé.

Christian Löffler – Dir Jehova

Réalisé par Matias Montecinos

Christian Löffler, le musicien de la Baltique, offre un clip somptueux de beauté pour le titre Dir Jehova. On assiste à des moments touchant de tendresse et de complicité partagés par un jeune couple. La réalisation soignée, le magnifique travail sur les lumières et la simplicité des scènes filmées offrent un visuel d’une exceptionnelle photogénie et romantisme.

Chroniqué par Anoussa.

Sunshade – L’oiseau

Réalisé par Emmanuelle Valleran

Influencés par Sufjan Stevens, EELS ou encore Metronomy, Mathieu et Jean-Christophe qui forment le duo Sunshade sont de retour avec un nouveau clip des plus agréables à regarder. Entre pop et folk, L’Oiseau est un nouveau poème mis en musique extrait de leur album sorti le 11 décembre dernier. En cette fin de semaine, il est temps de s’abandonner à l’univers doux et rêveur de Sunshade et de se perdre à travers ce clip, mis en image  par Emmanuelle Valleran.

Chroniqué par Léola.

Clio – Elle voudrait

Réalisé par Isabelle Maurel

Après l’échappée belle d’Ai-je perdu le Nord ? en octobre dernier, Clio dévoile Elle voudrait, second extrait coloré de son album L’amour hélas, prévu pour avril 2021. Une histoire d’amour, une écriture hautement poétique, un soupçon d’humour : pas de doute, nous voilà bien dans l’univers de la chanteuse bisontine. Le clip en plan séquence, réalisé par Isabelle Maurel joue malicieusement avec l’univers du cinéma, ses trucages et son spectaculaire. Un clip d’une fraîcheur enfantine à déguster les yeux grands ouverts.

Chroniqué par Camille D.

Ojos – Corazón sin cara

Réalisé par Camille Suils Porte, Lara Sanchez, Alexandre Le Vouadec

Plan d’ouverture sur la chanteuse. Coupe. Gros plan sur l’œil avec un mascara orange. De nombreux plans s’ensuivent – entre lui et elle. Les prises de vue sont légèrement floues, les lumières vives créent des effets d’éblouissement. Visuellement, tout cela rappelle un peu le charme des vidéoclips des années 80. Ojos a réussi à créer un clip sensuel pour sa dernière chanson, qui souligne bien les paroles : l’amour est une merveilleuse aventure avec des hauts et des bas. Il faut surtout du courage pour le trouver.

Chroniqué par Luis.

APRILE – Giving up Time

Réalisé par Maxime Donnay

Un an après la sortie de son EP, APRILE nous livre son clip éponyme Giving Up Time sous forme de court-métrage. Depuis plusieurs années, les artistes belges ont su se démarquer des autres, et APRILE semble faire partie de ceux qui écriront l’avenir de la musique. Avec ce nouveau clip, le chanteur nous met du baume au cœur avec une musique moderne et pop, accompagnée d’un clip qui nous fait danser, voyager et décompresser.

Chroniqué par Léola.

TEAZ – No Face

Réalisé par Alain Perreard

L’œuvre de Teaz, sound-designer français, est synonyme d’évasion et de voyage. Avec No Face, Teaz nous emmène dans une multitude d’univers oniriques et aériens. On se laisse aisément happer par la montagne, la nature, la savane ou l’océan. On s’évade en roulant dans un van ou aux cotés de skateurs, de surfeurs ou au cours d’une une balade à moto. Ce patchwork d’images constituent une grande source d’inspiration et d’optimisme.

Chroniqué par Anoussa.

La Houle – Toi (Ce Moi)

Réalisé par Kelly Delaunay et Josic Segu

La Houle dévoile un premier clip pour son titre Toi (Ce Moi) tourné durant le carnaval de Dunkerque 2020. Le clip met en scène “un personnage sous l’emprise de ses pensées, hermétique à l’euphorie ambiante, qui déambule dans cette ville grise peuplée par les couleurs”. La Houle rend ici hommage aux pêcheurs faisant la fête avant de rejoindre les mers dangereuses d’Islande et livre un message sur l’importance de profiter du moment présent.

Chroniqué par Anoussa.

Special Friend – Pastel

Réalisé par Erica Ashleson

Special Friend, le duo franco-américain dévoile un premier clip minimaliste pour le titre Pastel. Suivant le quotidien d’un fantôme « home made », on se laisse porter par la naïveté et la poésie de ce clip. Le rendu vintage et le grain de l’image renforcent l’aspect mélancolique de ce premier morceau, extrait de leur premier album à paraître.

Chroniqué par Anoussa.

Odge – Sad Love Song

Réalisé par Tina Rozen

Odge présente son premier clip pour une sad love song. Alternant noir & blanc et couleurs, la chanteuse confie sa peine avec nostalgie et absurdité. Si les images semblent s’enchainer de manière cyclique, les souvenirs se répètent pour finalement mieux s’effacer. Sa précieuse photo polaroïd, maltraitée et chérie à la fois, est le symbole du ou de la bien (mal) aimé(e). C’est dans un décor hors du temps que Odge expie sa colère pour finalement fuir dans la forêt comme pour se réapproprier sa liberté.​

Chroniqué par Zoé.

Difracto – Famille

Réalisé par Difracto

Avec des images sur bandes magnétiques et films 8mm, filmées il y a 50 ans par son grand père, Difracto présente le clip du titre Famille. On y découvre des images intimes, touchantes et sensibles prises lors de fêtes familiales, dans le Lot-et-Garonne. En plus d’être un hommage à sa famille, ce clip nous replonge dans une époque nostalgique, où les enfants s’amusaient dans le jardin aux côtés de leurs grands-parents.

Chroniqué par Anoussa.

LaFrange – Everything’s Fine

Réalisé par Léo Adrover et Tina Rozen

Dire que tout va bien pour cacher que tout va mal. Le mantra folk d’Everything’s Fine condense les maux glissés sous le tapis d’une époque qui suffoque à coups de stories idylliques, de sourires de façade et de relations éphémères. Le clip de Léo Adrover et Tina Rozen apporte une seconde lecture à la ballade tourmentée de LaFrange, alias Zoé, en ponctuant sa déambulation d’inserts anxiogènes d’une agression à venir, tandis qu’une présence sombre s’approche toujours plus dangereusement du pinson jaune incarné par la chanteuse. Dans les contes d’aujourd’hui, le grand méchant loup se cache à la bouche du métro et n’a rien d’une fiction.

Chroniqué par Marin.

Louve – Idylles nocturnes

Réalisé par Maud Ferron

On connaît l’énergie que lancer un projet nécessite – qu’il soit de musique, de danse ou de réalisation. Cela tombe bien, Louve fait les trois. Membre un temps de l’ex-collectif La Tendre Meute, la chanteuse et interprète a repris sa liberté en solo forte d’un entourage solide : La Pieuvre (Ravages, BOPS) au management, Dani Terreur (Alice & Moi) à la production, Perceval Carré (Fils Cara, L’Impératrice, Isaac Delusion) au mix et Benjamin Savignoni (Translab) au mastering. Ses Idylles nocturnes témoignent du goût des choses bien faites. Louve est née sous une bonne étoile.

Chroniqué par Marin.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet