fbpx
En cours de lecture
Les meilleurs clips de novembre avec Catastrophe, Chelou, Christian Löffler…

Les meilleurs clips de novembre avec Catastrophe, Chelou, Christian Löffler…

Une comédie musicale au grand air avec Catastrophe, un voyage psychédélique en animation avec Chelou, une balade contemplative avec Christian Löffler, des visuels 3D, un court métrage… Les clips du mois de novembre tiennent toutes leurs promesses.

Catastrophe – Les méridiens

Réalisé par Catastrophe et Grünt

Catastrophe nous offre un grand bol d’air pur avec le clip qui illustre le titre Les Méridiens. Ce troisième épisode d’une série de cinq vidéos a été tourné au vert, dans le Vexin, tout en sobriété, sans artifices, sans maquillage, ni projecteurs. Catastrophe se focalise sur l’essentiel, à savoir la musique et l’harmonie des voix de Blandine Rinkel et Arthur Navellou chuchotant « Demain n’existe pas, demain n’existe plus » . Il en résulte un morceau à la fois mélancolique et poétique.

Chroniqué par Anoussa

Chelou – Wayward

Réalisé par Ricardo Cavolo & Cheng-Hsu Chung

Adam Gray aka Chelou dévoile un clip entièrement animé aux dessins colorés et psychédéliques. Représenté avec quatre yeux pour mieux observer ce qu’il l’entoure, le chanteur entreprend un voyage spirituel et pose une réflexion sur la vie symbolisée par un sablier pour illustrer le temps qui passe. Une animation qui s’accorde parfaitement avec le refrain du morceau « Life’s so simple, if you let yourself go ».

Chroniqué par Amélie

Christian Löffler – Pastoral
Réalisé par Fredrik Altinell

Le producteur allemand Christian Löffler fait partie de ces artistes qui parviennent à nous émouvoir simplement avec leur univers. Pour Pastoral, Löffler a échantillonné une brève mélodie de flûte extraite de la Symphonie N°6 de Beethoven, avant d’y ajouter ses pads et ses synthés. Pour que le charme opère totalement, la réalisation minimaliste et puissante de Fredrik Altinell fait son petit effet en magnifiant les choses simples de la vie  : la nature, le soleil, un sourire…

Chroniqué par Amélie

Degree – Part Of It

Réalisé par Louis Lekien

Sous la peau de Degree se cache le nantais Grégoire Dugast, que la radio KCWR californienne avait révélé en jouant son titre Under the Same Flag à de multiples reprises après les attentats d’Orlando en 2016. Dans le clip réalisé à la pellicule par Louis Lekien et accompagné par Léo Schrepel à la photo, un jeune garçon trouve des difficultés à se confier à ses parents sur son identité, tandis que le chanteur livre en parallèle un playback pour tenter de casser ce silence. Chanté en français, profondément émouvant, Part Of It est le premier extrait du futur album de Degree.

Chroniqué par Marin

November Ultra – Soft & Tender

Réalisé par Elisa Baudouin

November Ultra dévoile son premier clip sur sa berceuse folk Soft & Tender, idéale pour accompagner nos longues soirées d’hiver. C’est dans une esthétique pastel et cotonneuse que l’artiste se confond, la tête dans les nuages, dans son habit de tulle, d’abord rose puis bleu. Des images très épurées où la douceur contée par la chanteuse suffit à occuper l’espace et s’accompagne d’une touche enfantine soutenue par une écriture manuscrite et colorée. L’artiste hispano-française change d’ambiance et propose alors une couleur plus suave pour conclure en espagnol. Sa voix s’intensifie mais la délicatesse prime tout du long.

Chroniqué par Zoé

Agape – Peur du Vide

Réalisé par Elisa Benchetrit

Prémisse de son second EP prévu pour décembre 2020, Agape fait le grand saut dans son dernier clip Peur du vide. Fraîchement installé sur la scène pop française, l’artiste ne perd pas de temps pour (nous) plonger dans sa pop délicate en 3 minutes de chute vertigineuse. Entre paysages urbains, espaces à ciel ouvert, le chanteur dévale ce qu’il qualifie de « petit résumé de l’an 2020 », jusqu’à ce que les immeubles se resserrent contre lui et ne laissent place qu’à un immense vide. Agape propose un shoot d’adrénaline pour pimenter cette période maussade.

Chroniqué par Zoé

Creams – Run

Réalisé par Cole Daly

Creams, l’étoile montante géorgienne, s’associe à l’artiste 3D Cole Daly pour le clip hypnotisant de Run. Après avoir récemment signé les effets visuels de Weeeeee de Trippie Redd, le créatif confirme son talent pour animer des sources fascinantes de lumière. Les VFX, inscrits dans un univers obscur et futuriste, complètent la pop magnétique et électronique de Creams. Que la jeune artiste de Tbilisi soit rassurée, son ascension la dirige vers la lignée avant-gardiste d’artistes comme Grimes, Arca ou encore FKA Twigs.

Chroniqué par Arthur

Bayuk, Andreas Vey – Arms Of Who

Réalisé par Max Hartmann

Bayuk et Andreas Vey, artistes berlinois, dévoilent Arms Of Who, une balade folk, remplie d’une sensibilité et de sincérité brute en abordant les sujets universels que sont la poursuite de ses rêves, la quête de l’indépendance et de la liberté. Le clip met en scène de manière quasi statique Bayuk et Andreas fixant le spectateur avec des moments de danse effrénés renforcées par des temps d’exposition longs. Cette réalisation accentue à merveille l’univers vaporeux qui se dégage de ce titre.

Chroniqué par Anoussa

Loyle Carner – Yesterday

Réalisé par Madlib

Le rappeur Loyle Carner signe un clip autobiographique pour son nouveau single Yesterday. La vidéo se déroule dans sa chambre, témoin de l’évolution de l’artiste. Enfant, Loyle découvre la musique avec les vinyles de son père. Arrivé à l’adolescence, le jeune homme écrit son premier texte. Puis, accompagné de son ami producteur Rebel Kleff, le londonien enregistre son premier morceau. Un clip à regarder jusqu’à la fin pour découvrir une jolie surprise. La boucle est bouclée.

Chroniqué par Amélie

Peur Bleue – Rêvage

Les deux frangins Quentin et Jérémie de Peur Bleue se sont fait une spécialité des bricolages maison, avec leur album L’étrange innocence des objets sorti vendredi dernier, ou leur clip Gardes du cœur tourné les routes de France. Cette fois, on retrouve le duo à bord de son emblématique Renault Scénic pour évoquer les amours perdus de Rêvage, ceux que l’on a envie d’oublier à tout prix, quitte à passer un gros coup de Karcher dans une station de lavage automatique.

Chroniqué par Marin

Sourface – Entre Inconnus

Réalisé par Clément Jurkew

Seventies, extravagant, funky. Le quartet franco-anglais basé à Londres n’a pas perdu son latin au pays de Shakespeare, ni noyé ses rimes gainsbourgiennes dans la Manche. Leur satire de l’agoraphobie dans les transports, Entre Inconnus, nous entraîne plein tube sur une vague de chanté-parlé, prétexte à faire caracoler leurs plus beaux costumes vintage aux riffs des guitares. Les quatre Sourface tracent leur route avec la fraîcheur des débuts.

Chroniqué par Marin

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet