fbpx
En cours de lecture
Interview : Sofiane Pamart, le pianiste virtuose aux influences nomades

Interview : Sofiane Pamart, le pianiste virtuose aux influences nomades

À l’occasion de la réédition de son premier album Planet, composée de 6 titres inédits, qui sort ce 30 octobre, nous nous sommes entretenus avec Sofiane Pamart, le jeune prodige qui a réussi à introduire et populariser le piano dans le monde codé du rap game.

Le succès est immédiat et l’accueil plus que bienvenu. Preuve à l’appui, Sofiane Pamart a déjà collaboré avec de nombreux rappeurs (Vald, SCH, Gaël Faye, Médine, Scylla…) et n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin.

Anoussa : Bonjour Sofiane. Il y a quasiment 1 an jour pour jour, tu sortais ton premier album Planet. Quel a été ton ressenti lors de sa sortie ?

Sofiane Pamart : C’était un jour important, mon premier projet solo et mon premier album. J’ai revu défiler mon parcours de vie jusqu’à cette release. C’était un jour de fête et j’ai été très touché par l’accueil du public.

A. : J’aimerais revenir rapidement sur ton parcours musical. Tu as débuté la musique à l’âge de 3/4 ans. Comment as-tu vécu ces années passées au Conservatoire ? Quel souvenir gardes-tu de cette période ?

S.P. : Le Conservatoire a été essentiel dans mon apprentissage technique. Mais dans le tempérament, je ne suis pas scolaire alors je me suis vite senti dans un carcan et j’ai eu le besoin de tracer mon propre chemin, ma propre histoire, dans un cadre plus libre.

A. : Une réédition de Planet sortira le 30 octobre avec 6 titres inédits. Peux-tu nous en dire quelques mots ?

S.P. : Le voyage continue. J’ai senti que mon processus de création sur Planet n’était pas terminé, j’ai continué de beaucoup voyager, d’être inspiré par des pays et des villes. La ré-édition Planet Gold est venue naturellement, comme une évidence.

A. : Je pense plus particulièrement au titre Nara, dévoilé il y a quelques semaines, qui évoque la perte d’une amie. Qu’est ce qui t’a poussé à composer ce morceau ?

S.P. : Nara est un morceau qui restera dans ma carrière comme une composition très intime et personnelle. Je voulais rendre hommage, j’espère avoir été à la hauteur. C’est délicat. C’était un drame terrible, j’étais bouleversé et j’ai eu besoin de l’exprimer.

A. : Comment choisis-tu le titre de tes morceaux ? Comment fais-tu pour retranscrire l’atmosphère de chaque ville ayant fait l’objet d’une composition ?

S.P. : Je voyage et je me laisse inspirer par les lieux que je visite. Quand je suis submergé par l’atmosphère d’un espace je le retranscris, je fonctionne comme une éponge à émotions, que ce soit en tournée ou en studio.

A. : Quel est le rôle de tes origines berbères dans tes compositions ?

S.P. : Je pense qu’il est à la fois central et mystérieux. Je suis habité par le voyage, l’aventure, je suis de sang nomade. La transmission orale, le déplacement : je suis forcément très imprégné par ce mode de vie.

A. : On te qualifie souvent de « petit génie du piano et du rap game ». Est-ce que cette étiquette te convient ?

S.P. : C’est une étiquette qui me convient tant que ce n’est pas la seule. Je suis fier de prendre une place importante dans le rap, mais je compte collaborer avec des artistes d’autres genres et ne pas m’enfermer sur la durée. Je travaille en ce moment à des piano-voix avec plusieurs chanteuses : Marina Kaye, Chilla, Claire Laffut, Kimberose, Anaïde Rozam. C’est super agréable, épuré et touchant de faire ce type de collaborations.

A. : J’ai lu que tu avais également envie de faire des musiques de film. Où en es-tu de ce projet ?

S.P. : Je reçois des propositions, je lis les scripts et je vais décider en fonction de l’affinité que j’ai avec chaque film. J’ai également travaillé sur plusieurs pubs qui sortiront bientôt à l’international.

A. : Tu as déclaré chez France Inter que tu « voulais vraiment devenir le pianiste du rap français, devenir la référence dans ce milieu ». Objectif atteint ?

S.P. : Dans le rap français sans doute, mais j’ai encore beaucoup à faire. Je ne compte pas du tout me reposer sur ma réputation, j’ai encore beaucoup de projets en cours et à venir dans le rap. Et puis, il y aura forcément la suite avec les collabs rap à l’international.

A. : Ma dernière question est la signature chez Arty Magazine. Quelle est ta définition d’un artiste ?

S.P. : Je dirais qu’un artiste est une personne dont le premier moyen d’expression est la création, comme une langue maternelle.

La réédition de Planet est disponible sur Spotify.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet