fbpx
En cours de lecture
Gael Faure : « Le temps qu’on donne à soi et à l’autre est précieux »

Gael Faure : « Le temps qu’on donne à soi et à l’autre est précieux »

Gael Faure fait son retour en grâce et en douceur avec Renoncer, premier extrait de son prochain EP L’Eau et La Peau, prévu pour le 10 septembre, un titre riche de sens et d’enseignement.

Trois ans après Regain, son précédent album, Gael Faure fait son grand retour avec Renoncer, un titre épuré rempli de bonnes énergies et accompagné d’un texte poétique, inspiré et inspirant. Ce morceau fait l’éloge de la lenteur – qu’il chérit – et nous rappelle qu’avoir le temps est une vraie richesse. La guitare électrique mise de côté, on se laisse emporter par des cuivres chauds et ronds qui viennent nous caresser les oreilles et sublimer ce morceau. Avec cette nouvelle direction à la fois pop, soul et jazzy, Gael Faure se réinvente et nous surprend en nous offrant un titre qui insuffle une douceur apaisante et une sérénité réconfortante.

Pour évoquer ce retour plein de grâce et de tendresse, le rendez-vous est pris au Jardin des Tuileries, à l’ombre des marronniers et des tilleuls en floraison, pour aller à la rencontre d’un artiste généreux et spirituel, pour qui le temps est sacré, l’espoir et l’humilité indispensables à son équilibre et dont les choix et les convictions l’ont amené à assumer ses émotions, à s’inscrire et à s’ancrer davantage dans le présent. Entretien inspirant et riche d’une certaine philosophie de vie.

Anoussa : Tu viens de nous dévoiler Renoncer, le premier extrait de ton prochain EP L’Eau et La Peau qui sortira le 10 septembre. Quels ont été les premiers retours ?

Gael Faure : Les premiers retours sont super cools. Je suis assez content car l’effet escompté est atteint. Je voulais que cette chanson calme les gens. Dans cette époque où tout va très vite, où on a été contraint de ralentir, j’avais envie d’un clip et d’une chanson tranquille et agréable à écouter, en fond de jardin, en cuisinant ou peut-être en courant (si on court lentement), qui prenne son temps et qui soigne. Je voulais une chanson qui me fasse du bien.

A. : Je te propose qu’on fasse un petit retour en arrière dans le temps. Que s’est-il passé pour toi depuis la sortie de Regain, ton précédent album ?

GF. : J’ai pris pas mal de temps pour faire Regain. On a fait une tournée d’une centaine de dates. Je n’avais pas envie de quitter cet album comme ça. Au même moment, je suis retombé dans les bras des mots de Giono que j’ai relu à foison. J’ai découvert son livre Regain qui date de 1938, j’ai pris une tarte, puis j’ai lu Les Vraies Richesses et Que Ma Joie Demeure. Dans ces livres, humblement, il y avait trop de parallèles avec les chansons de Regain pour ne pas imaginer faire un spectacle avec certains des mots de Giono, certaines de mes chansons et avec le corps. J’en avais marre de faire que des chansons à la suite, je voulais proposer quelque chose d’autre, d’où la danse sur les mots d’un auteur que j’adore. C’est pour cette raison que j’ai monté le spectacle Le Bruit du Blé que je n’ai malheureusement pas trop joué.

A. : Pourquoi Giono te plaît-il tant ?

GF. : Je pense qu’il est urgent de relire cet auteur. C’est très intemporel et contemporain. En lisant Le Hussard Sur Le Toit, qui parle d’une épidémie, je me suis dit qu’on était en train de vivre ce que Giono a écrit. Il faut revenir à des choses plus basiques, il faut oser s’ouvrir un peu le corps, oser vraiment regarder à l’intérieur de soi et savoir de quoi on est fait au lieu d’être sans arrêt à la surface. On est dans une époque où on prend très peu le temps de vraiment écouter quelqu’un, on zappe très vite (que ça soit aussi pour les chansons). C’est pour ça que j’ai voulu une chanson plus douce et plus calme, comme une caresse qui ne s’arrêterait jamais.

A. : Que t’a apporté Giono ?

GF. : Giono m’a fait déménager. Ça faisait longtemps que je voulais le faire. Le confinement a été le truc de trop. Pour moi, ça n’avait plus de sens de vivre à Paris. J’étais devenu aigri, énervé, pressé, désaxé. J’ai aimé Paris, je vais davantage l’aimer maintenant que je n’y habite plus. Je ne veux pas être cette personne qui ramène des mauvaises énergies. Paris est bourrée de mauvaises énergies, de gens qui n’en peuvent plus mais qui restent par obligation ou par manque de courage. Parce qu’il faut beaucoup de courage et d’abnégation pour quitter une ville comme Paris où on croit que tout est là. Mais en même temps, une fois que tu l’as fait, tu paies moins cher, tu respires plus, il y a plus de vert et t’es moins agressé de manière continue, partout, tout le temps.

A. : Quel a été ton rapport avec la musique pendant le confinement ?

GF. : Faire de la musique pendant le confinement n’était pas ma priorité absolue. Parfois, il faut juste se poser, poser les instruments, arrêter deux secondes la musique – ou pas – mais essayer d’être moins dans le côté « il faut que je sois là, faut pas qu’on m’oublie, faut que je fasse une vidéo pour montrer que je fais encore des choses.« 

A. : Que retiens-tu de positif de l’année qui vient de s’écouler ?

GF. : J’étais hyper heureux de cette période, de voir les animaux revivre, de ralentir, de voir le monde ralentir et qu’on ferme notre gueule. Pour moi, ça a été positif, je ne l’ai pas mal vécu. D’un côté plus spirituel, je me dis que c’est important d’en faire une force et d’en tirer quelque chose de positif sinon c’est la double peine. Mais, je ne parle pas des gens qui ont été enfermés dans un petit appart, dans ce cas de figure, bien sûr que c’est difficile. J’espère qu’on apprendra de cette période même si je ne pense pas.

A. : Cette période a-t-elle orienté la composition et l’écriture de ton prochain EP ?

GF. : Non, pas vraiment parce que j’avais déjà commencé à composer les chansons avant le confinement. Mais, ça prend du temps d’écrire quelque chose que t’aimes vraiment, qui soit intemporel, qui puisse toucher les gens. Le but d’une chanson, c’est aussi toucher les gens, ce n’est pas que se regarder le nombril et parler que de sa souffrance, même si en même temps sa souffrance est forcément un peu la souffrance des autres, parce qu’on n’est pas si unique que ça. Mais, il faut qu’il y ait de l’espoir. Dans Renoncer, il n’y a que de l’espoir, c’est juste le mot qui est fort.

« J’ai pensé le titre Renoncer comme un renoncement au faux vrai et à toutes les choses superficielles qu’on nous montre » © Diane Moyssan
A. : Ton nouveau titre s’appelle donc Renoncer. C’est une chanson qui ne correspond pas aux standards du moment (et c’est tant mieux)…

GF. : Je savais que ce n’était pas une chanson qui allait affoler toutes les radios, mais j’avais envie de prendre le contrepied en proposant une chanson downtempo… Exprès pour apporter peut-être un peu de contraste au format radio. Mais encore faudrait-il que les radios s’y engagent et qu’elles aussi « renoncent ». Pas gagné, n’est-ce pas ?

A. : Que signifie ce renoncement pour toi ?

GF. : Je voulais parler d’un renoncement – pas comme on l’entend – mais plutôt comme un choix de vie que je fais. J’ai pensé cette chanson comme un renoncement au faux vrai et à toutes les choses superficielles qu’on nous montre. On est tout le temps en train de se comparer. Il faut renoncer à cette comparaison pour aller vers quelque chose de plus apaisé, se donner la force de renoncer à des choses qui peuvent paraître les meilleures mais qui nous font du mal.

A. : Quel est donc ton choix de vie ?

GF. : Je préfère avoir quelque chose de plus tranquille, simple voire caché sur la durée, et avoir une vraie vie que je choisis avec mon rythme. Par exemple, le succès médiatique, le succès des foules, honnêtement je m’en fous, ça ne m’attire pas. Je préfère renoncer à ça parce que je suis ok avec ce que je suis aujourd’hui, pour pouvoir accepter ce que je suis, ce que je fais et à l’allure où ça va. Dans ce titre, je parle aussi de savoir ce qu’on veut faire de sa vie, de où on se situe.

A. : Où penses-tu te situer ?

GF. : C’est pas évident de répondre à cette question. Je me situe comme le gars qui ne se précipite pas mais en même temps qui est là, en fond de cours comme un joueur de tennis, croqueur de terre battue !

A. : Qu’est-ce que tu as de plus précieux ?

GF. : Le temps qu’on se donne à soi, qu’on donne à l’autre, le temps pour comprendre une chose. J’aime la préciosité, le côté luxueux d’avoir le temps de vivre les choses, d’être dans le moment présent, de ne pas passer sa vie à courir derrière. Le temps est sacré.

A. : Tu as déjà eu l’impression de ne pas être ancré dans le présent ?

GF. : Ça fait 17 ans que je fais de la musique. J’y ai laissé beaucoup de plumes et ça m’a fatigué. Il y a un adage japonais qui dit « Il vaut mieux ne pas fonctionner dans un monde qui ne fonctionne pas ». Soit tu donnes toute ta vie, tu marches sur les autres pour réussir et être connu, soit tu te suffis de ce que tu es.

A. : Abordons maintenant le clip de Renoncer. Ce clip, que tu as co-réalisé pour la première fois, semble avoir une saveur particulière pour toi. Pourquoi ?

GF. : C’est peut-être parce que c’est la première fois que je me présente avec un animal. J’ai toujours connu les vaches à la maison, j’ai toujours aimé leur odeur et leur compagnie. Quand j’étais gamin, j’assistais à la traite, je les appelais et je leur parlais en patois. C’était ma vraie première vie qui m’a construit.

A. : Tu dis être allé « jusqu’au bout de l’histoire que tu avais en tête ». À quelle histoire pensais-tu ?

GF. : Je ne voulais pas que ce soit une personne à qui je déclare ma flamme mais plutôt à un animal. Je ne sais pas si c’est plus touchant mais c’est peut-être moins attendu. J’avais cette idée de faire la sérénade à une vache, de donner de l’amour. Je voulais un petit côté décalé sans que ça ne le soit trop. Il fallait aussi que ça soit sérieux. C’est pour ça que je me suis apprêté et que j’ai mis un costume. J’avais envie de joie, de danser, de faussement jouer de la trompette, que ça soit très champêtre, touchant et assez intemporel. Cette vache et cet endroit étaient vraiment les éléments parfaits pour ce clip. J’ai ressenti quelque chose comme rarement j’ai ressenti sur un clip.

A. : Pourquoi voulais-tu qu’une vache apparaisse dans ce clip ?

GF. : Je voulais rendre hommage à ce bel animal. Mon père était agriculteur et avait des vaches laitières. Les premières chansons que j’ai chantées et jouées devant un public, ce n’étaient pas devant des gens… C’étaient devant des vaches ! Une vache, c’est la douceur, la caresse et la tranquillité. Il y a un truc très beau chez une vache. C’est Depardieu qui disait que sa mère avait le regard d’une vache parce que c’est le regard le plus doux qui soit. Il y a une neutralité dingue dans le regard d’une vache. Tu peux tout lui dire, elle ne bougera pas mais elle te regardera et elle saura que tu lui parles. Il y a aussi quelque chose de thérapeutique, presque méditatif, dans la rumination.

« Directrice est une vache ferrandaise. C’est une race qui date du Moyen-Age et qui a la particularité de faire du lait et de la viande » © Diane Moyssan
A. : Peux-tu me parler de Directrice, la vache qui est à tes côtés ?

GF. : On a eu la chance d’aller dans cette ferme dont Directrice est la doyenne. Directrice est une vache ferrandaise. C’est une race qui date du Moyen-Âge et qui a la particularité de faire du lait et de la viande. Virginie, la fermière qui possède cette ferme, fait un boulot dingue sur la communication animale avec ses animaux : elle leur parle, leur fait écouter de la musique, les masse et soigne avec les animaux en faisant des stages thérapeutiques pour des enfants. Quand tu rentres dans le bâtiment où il y a tout le bétail, tu sens le calme de ses animaux. Virginie a été élue meilleure fermière parce que son lait est le meilleur de la région Rhône-Alpes, notamment parce que ses vaches sont libres et mangent de la bonne herbe. Elle n’est pas dans la rentabilité mais plutôt dans le plaisir, dans l’affection de ses vaches. C’est comme des animaux de compagnie pour elle.

A. : Comment s’est déroulé le tournage avec Directrice ?

GF. : La veille du tournage, Virginie lui a fait écouter le son de ma voix et le drone pour qu’elle s’habitue. On ne s’en rend pas compte quand on regarde le clip, mais c’est moi qui tire la vache tout seul comme si je la connaissais depuis longtemps, alors que ça ne faisait que 10 minutes. Virginie me disait qu’on sentait que j’avais j’habitude des vaches. Je l’ai massée, je lui ai parlé et chanté la chanson. Directrice m’a fait confiance et j’ai ressenti des émotions dingues comme jamais avec un animal.

A. : C’est aussi la première fois qu’on te voit chanter face caméra dans un clip…

GF. : Chanter face cam’ était une manière de montrer que j’étais vraiment sûr que je voulais m’embarquer là-dedans. Quand t’es aligné, quand tu sais où t’es, tu peux y aller parce que tu ne te mets pas dans la merde. Sur les autres clips, c’était mortel mais ce n’était pas le moment de chanter face cam’. Sur Renoncer, j’étais sûr de vouloir le faire parce que la vache m’a permis de le faire.

A. : Et c’est aussi la première fois que tu sors un EP…

GF. : Quand tu fais un album, tu mets beaucoup de temps à le faire et à l’enregistrer. Quand tu le sors, t’es un peu décalé dans le temps, il faut que tu te replonges dans les émotions du moment où l’album a été fait, ce qui n’est pas le cas d’un EP où tu es davantage dans le rythme et la cohérence du moment.

A. : On arrive à la question signature chez Arty Magazine. Quelle est ta définition d’un artiste ?

GF. : Cette question est trop bien, j’adore ! Je me suis tellement posé cette question et j’ai tellement eu de réponses différentes. Un artiste sait se décentrer de lui-même pour se mettre dans la vie des autres et paradoxalement, c’est difficile de se mettre dans la vie des autres quand tu n’es pas ancré et inscrit dans la tienne. Un artiste se doit de ne pas oublier la chance qu’il a de faire ce métier, que ce n’est pas commun ; même si avec les réseaux sociaux et Internet, ça le devient de plus en plus ce qui provoque un nivellement vers le bas car tout le monde se croit artiste. Ce mot est trop employé et bafoué. Un artiste est un artisan qui va commencer une chanson avec une guitare et petit à petit, il va la polir, la regarder de loin, avoir une idée pour la creuser pour qu’un jour sa chanson soit prête. Un artiste, c’est un peu d’humilité pour aller toucher une chose plus grande que nous, qui est la musique. Il ne faut pas oublier qu’à la base, la musique donnait du courage aux esclaves dans les champs.

Le nouvel EP de Gael Faure est prévu le 10 septembre.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet