fbpx

8 sorties à écouter ce week-end : Feu! Chatterton, Lewis OfMan, Valerie June…

Cette semaine, on retrouve la fougue littéraire de Feu! Chatterton, le groove énergisant de Lewis OfMan, la voix magnétique de Valerie June, les paroles puissantes de Vayre… Une semaine riche en sorties où tout le monde devrait trouver son bonheur.

Feu! Chatterton – Palais d’Argile (LP)

Le morceau préféré de Marin : « Avant qu’il n’y ait le monde »

Arthur Teboul et ses quatre acolytes sont de retour pour un 3ème album où la fougue littéraire épouse le tumulte d’un monde agité. Produit par Arnaud Rebotini, le maître césarisé des synthés analogiques, le disque prend son envol avec une grande acuité contemporaine que la puissance de feu des sonorités électriques rend palpable. C’est le panache émancipé qui caractérise le mieux ce nouvel opus, sommet de poésie, élan de liberté, où le fond ne se limite plus par la forme : le déchirement fleuve des 9 minutes 35 de Libre, la douceur condensée en 1 minute 35 de Panthère, le typhon électro-rock d‘Écran Total. Feu! Chatterton écrit son nouveau monde au Palais d’Argile.

Chroniqué par Marin.

Valerie June – The Moon And Stars : Prescriptions For Dreamers (LP)

Le morceau préféré d’Anoussa : « You And I »

Avec The Moon And Stars : Prescriptions For Dreamers, Valerie June n’aurait pas pu trouver un titre qui colle aussi parfaitement à l’univers de son sixième album. En effet, la chanteuse et multi-instrumentiste nous plonge dans un univers onirique et contemplatif. Cet album alterne des morceaux aux sonorités jazz et soul, venues tout droit de Memphis, et des intermèdes faisant la part belle à la méditation et aux rêves. Pour couronner ce dernier disque, la magnétique voix de Valérie June est captivante et les cuivres finissent de réchauffer l’atmosphère. The Moon And Stars : Prescriptions For Dreamers est un disque réconfortant et hautement recommandé si on cherche à s’évader loin du tumulte « covidien ».

Chroniqué par Anoussa.

Lewis OfMan – Dancy Party (EP)

Le morceau préféré de Marin : « Las Bañistas »

Son premier EP Yo Bene (2017) l’avait propulsé dans la constellation des lovers de la pop française. Après avoir bossé avec des pointures comme Vendredi Sur Mer, Les Pirouettes ou Rejjie Snow, Lewis OfMan renaît côté club avec Dancy Party. Le cool kid fait quelques infidélités à ses primes amours pour faire danser les foules en cinq tracks rudement efficaces : le groove ciselé d’Attitude, les vocaux triturés de Dancy Boy et la rythmique latino de Las Bañistas. Mais le talentueux garçon a beau faire les yeux doux au dancefloor, les chiens ne font pas des chats. L’amour de Lewis pour les mélodies sucrées et les voix féminines revient au galop sur la jolie fleurette de Siesta Freestyle. Un mini-album finalement aussi « dancy » que « sweety », totalement « tasty ».

Chroniqué par Marin.

Thérèse – Rêvalité (EP)

Le morceau préféré de Léola : « Apocalupstick« 

Sa musique est libre et populaire. En plus d’être chanteuse, Thérèse est modèle, styliste et surtout, une des nouvelles icônes féministes de la chanson française. Son premier EP Rêvalité est à son image : métissé et engagé. Thérèse n’hésite pas à démonter les clichés et à s’imposer dans le music game en tant que femme forte et indépendante. Ce premier disque signe le début de l’ascension de cette artiste dont on n’a pas fini d’entendre parler : 2021 lui appartient déjà.

Chroniqué par Léola.

Vayre – Jamais Vu (EP)

Le morceau préféré de Camille L. : « Jamais vu »

Groovy, entre électro/funk à la française, l’arrivée de Vayre est une belle surprise sur la scène musicale. Au prisme de 5 titres à l’univers fort, l’artiste pose des paroles puissantes où l’amour règne. Véritables déclarations, les morceaux oscillent entre balade romantique et invitation au love. Idéal pour l’atmosphère estivale qui arrive à pas feutrés, le chanteur se prête parfaitement aux doux apéros que l’on attend tous avec impatience. « Entre rêve et réalité, les cinq titres racontent un à un une histoire de cœur ». Jamais Vu est le premier EP de Vayre, qu’il lance sous le signe de Cupidon.

Chroniqué par Camille L.

Joel Gabrielsson – Citadel (EP)

Le morceau préféré de Luis : « Citadel »

Joel Gabrielsson avait réalisé son premier projet musical sous un pseudonyme. Il présente maintenant son premier EP sous son vrai nom. Citadel sonne comme un voyage solitaire dans la nature scandinave. Gabrielsson s’appuie sur sa voix agréablement rauque et sur un instrument dominant parmi des nombreux instruments qui accompagnent son chant sublime. La guitare acoustique marque les titres Remain et Wimber – la contrebasse apparaît sur les deux autres chansons. Le Suédois danse-t-il aussi sur sa propre musique ? L’artiste d’Uppsala, a également un faible pour la danse contemporaine.

Chroniqué par Luis.

Felix – Mad Hatter (EP)

Le morceau préféré de Zoé : « Mad Hatter (Feat. TRENTE)« 

Léo Adrover se glisse pour la seconde fois dans la peau de FELIX et dévoile son nouvel EP, Mad Hatter, en 6 titres, retraçant avec nostalgie les instants phares de sa vie, de l’enfance à l’adolescence. À la fois réalisateur, photographe et désormais musicien, l’artiste s’inspire du personnage de Lewis Caroll (Chapelier Fou) et se met à nu afin de présenter une version plus brute et sincère de lui-même. L’opus aux sonorités indie-rock sonne comme une déclaration d’amour aux iconiques Cure ou encore Joy Division, et c’est pourtant bien la sensibilité de FELIX qui nous tient en haleine durant une vingtaine de minutes que l’on aimerait voir se multiplier encore et encore.  

Chroniqué par Zoé.

Ioio – Inflorescence (EP)

Le morceau préféré de Marin : « Fusée »

Avec ses synthés cristallins et sa voix mutine, Ioio déploie une électro-pop tantôt chantée en français, tantôt en anglais. Son premier EP Inflorescence fait éclore un bouquet dense d’émotions par ses parfums littéraires et ses couleurs ambient : l’ode à l’enfant intérieur de Fusée, la rencontre adulte avec elle-même de Nuit, l’affirmation outre le regard des autres de Eve at Dawn. Composé, écrit et produit entièrement en indépendant par sa jeune créatrice, Ioio se libère tout en voyelles comme une valeur sûre de l’émergence émotionnelle.

Chroniqué par Marin.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet