fbpx
En cours de lecture
Nos 8 coups de coeur de la semaine : ABBA, Gabriel Gosse, Le Noiseur…

Nos 8 coups de coeur de la semaine : ABBA, Gabriel Gosse, Le Noiseur…

Quelles sorties ont retenu notre attention cette semaine ? Place à notre traditionnelle sélection hebdomadaire, un rendez-vous à savourer jusqu’au prochain numéro.

Cette semaine, ABBA ouvre une faille spatio-temporelle avec son nouvel album Voyage, quelque peu nostalgique, entre ballades, notes disco, musique irlandaise, synthés étincelants et chants de Noël.

La scène musicale indépendante s’est également donnée rendez-vous en nombre : Gabriel Gosse avec son premier album jazz-pop Flow, Alma Elste avec son EP piano-voix The Story of Alma, Le Noiseur tout en mélancolie française avec son disque Relax, mais aussi Clément Walker, Slim & The Beast, Lou–Adriane Cassidy et Milan André Boronell.

ABBA – Voyage

Le coup de ♥ d’Anaïs : « Don’t Shut Me Down »

On se souvient de The Visitors, le huitième album studio de ABBA sorti en 1981 et de l’excellent One Of Us. C’est quarante ans plus tard, tandis qu’on ne les attendait plus, que le groupe suédois, formé par Agnetga, Björn, Benny et Anni-Frid, revient avec un nouvel album. En studio depuis 2018, c’est ce vendredi 5 novembre que l’on a découvert les dix titres de l’album dont deux nouveaux dévoilés début septembre, Don’t Shut Me Down et I Still Have Faith In You. Quant aux huit autres, ils sont en réalité d’anciens enregistrements réarrangés pour l’occasion, faisant de cet album un ensemble éclectique, quelque peu nostalgique, entre ballades, notes disco, musique irlandaise, synthés étincelants et chants de Noël… Surprenant mais bel et bien ABBA.

Chroniqué par Anaïs.

Gabriel Gosse – Flow

Le coup de ♥ de Marin : « Childhood Memories »

Le rouennais Gabriel Gosse, accompagnateur de Philippe Katerine et Eddy de Pretto, mais surtout musicien caméléon par ses doubles qualités de guitariste et compositeur prodigue, vient de sortir son premier effort jazz-pop Flow. En liant une technique instrumentale méticuleuse avec une écriture communicative, l’artiste louvoie entre le passé d’un cool jazz prônant l’accessibilité à la fin des années 1940, tout en s’ancrant dans la scène contemporaine avec une série d’invités plus prestigieux les uns que les autres : le saxophoniste Logan Richardson et son compatriote de cuivre Guillaume Perret, le prolifique clarinettiste Laurent Dehors, le percussionniste Yann Villageois et la chanteuse Ann Shirley. Le disque accompagne la naissance d’une signature, confortée par le talent de son interprète, qui risque de marquer durablement la nouvelle scène jazz.

Chroniqué par Marin.

Alma Elste – The Story of Alma

Le coup de ♥ de Marin : « Cy »

Nouvelle arrivée au sein de Cracki Records, Alma Elste joue la carte d’une introduction tout en sobriété avec The Story Of Alma – pour le titre du moins. Musicalement, son histoire s’offre plusieurs motifs intimes sur des instrumentaux réduits au strict minimum, prenant majoritairement le parti du piano-voix, instrument qu’elle côtoie depuis ses 4 ans. Après avoir découvert le blues et le gospel à 14 ans, Alma a suivi une formation classique et a étudié le chant lyrique pendant un an, lui offrant la connaissance nécessaire pour que s’épanouisse aujourd’hui son timbre de porcelaine dans un tintement de douceur.

Chroniqué par Marin.

Le Noiseur – Relax

Le coup de ♥ de Luis : « Jimi Hendrix »

Le Noiseur a bien choisi le titre de son nouvel album, Relax : le compositeur-interprète français mélange des harmonies obsédantes au synthé avec sa voix baryton. Particulièrement réussie, sa balade au violon Jimi Hendrix est un hymne aux géants de l’histoire du pop-rock. Le Noiseur n’est pas seulement un excellent chanteur qui passe avec aisance du rap aux grands refrains mélodiques, c’est aussi une élégance poétique démontrée avec son chef-d’œuvre Dépression Nord. Et chaque note de réflexion contient également un aperçu des meilleurs moments à venir – comme sur son tube Aston Morphine où il chante : « Je m’étais juré d’envahir cette ville ouverte et d’y connaître les soleils de la gloire, une vie à vive allure. »

Chroniqué par Luis.

Clément Walker – Maudit Mirage

Le coup de ♥ d’Eva : « Lola »

Clément Walker est l’un de ces musiciens dont les morceaux sont tellement intrigants et originaux qu’ils en deviennent addictifs. Mélodies électro, voix haut perchée mais douce comme le velours, et enfin paroles mélancoliques sur la distance et sur l’amour perdu : ce prince aux cheveux bleus étonne et ravit. Son premier EP, Maudit Mirage, donne la couleur de son ambition : une musique presque mystique, mais pas (toujours) triste, à l’instar du morceau bondissant et enfantin Sans toi. Avec une pop indé moderne, Clément Walker signe un EP réussi et nous montre toutes les différentes facettes que peuvent prendre son talent, ce qui annonce de très belles choses pour la suite.

Chroniqué par Eva.

Slim & The Beast – Billie

Le coup de ♥ d’Eva : « Billie »

Après le génial Lisbon, single sorti en 2019, Slim & The Beast continue de nous faire danser sur les lignes de basse entêtantes de son nouvel EP. Baptisé Billie, ce mini-album de six chansons est une réelle friandise dans un monde bien trop gris pour la musique enivrante de ce trio. Puisant l’inspiration dans le disco-rock des années 80, mais surtout folk à souhait, Slim & The Beast a tout pour plaire. Joyeux, old school, rythmé, varié : c’est tout ce dont on a besoin en ce début d’hiver. D’ailleurs, se promener dans les rues de Paris avec Wouldn’t Know Love arriverai presque à nous faire aimer la pluie et le temps gris du mois de novembre.

Chroniqué par Eva.

Lou–Adriane Cassidy – Lou-Adriane Cassidy vous dit : Bonsoir

Le coup de ♥ de Guillemette : « Oui le serpent nous guette »

Cette semaine, on a pu dire « bonjour » au second album de la chanteuse québécoise pop-folk Lou-Adriane Cassidy. Cet album accompagne les différents états d’esprit et histoires intimes d’une femme sur sa sexualité, son plaisir et ses relations intimes. L’auteure-compositrice-interprète incarne ses paroles avec spontanéité et liberté via des sonorités enjouées. On jongle d’un titre à l’autre entre différents univers musicaux texturisés par un accompagnement instrumental très complet. On y découvre une voix parfois langoureuse comme dans Le corps en mouvement qui raconte l’essoufflement, le mélange des corps qui se touchent et se caressent. Arrive ensuite l’exaltant morceau Je suis arrivée avec son air entraînant et frais. Et enfin Entre mes jambes qui, par une montée en puissance au moment du refrain, chante le manque de satisfaction sexuelle que peuvent ressentir certaines femmes. Exit les tabous, la parole se libère et se chante même avec chacun.e d’entre nous !

Chroniqué par Guillemette.

Milan André Boronell – Five Hundred Days

Le coup de ♥ de Guillemette : « Notice Me »

Milan André Boronell livre un album pop folk tiré de ses voyages et de ses relations amoureuses. Ces deux thèmes récurrents nous accompagnent à travers Five Hundred Days via des morceaux en guitare voix, aux ressentis douloureux et aux inspirations nomades. Le titre 500 Days exprime à travers des sons aériens l’attente longue de retrouvailles impossibles avec un être cher. My Credence enchante par des secondes voix semblables à des réflexions intimes. La notion de solitude apparaît sur Notice Me, tandis que la voix chaude du chanteur reste présente durant le morceau. L’utilisation d’instruments acoustiques et de paroles authentiques tirées de son expérience de vie offrent des morceaux nus d’artifices et une grande proximité avec leurs auditeur.rice.s. Alors, pour toi l’amoureu.se.x transi.e des grandes expéditions et des relations compliquées, Five Hundred Days est le bon endroit pour y trouver du réconfort et des réponses à tes questions.

Chroniqué par Guillemette.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet