fbpx
En cours de lecture
Les meilleurs clips d’octobre avec Bicep, Bonnie Banane, Kartell…

Les meilleurs clips d’octobre avec Bicep, Bonnie Banane, Kartell…

Rédaction

Une romance avec Bonnie Banane, des chants traditionnels du Malawi avec Bicep, le groove lascif de Kartell, de l’animation, un court métrage… Les clips du mois d’octobre tiennent toutes leurs promesses.

Bicep – Apricots

Réalisé par Mark Jenkin

Le scénariste et réalisateur Mark Jenkin dévoile un clip aussi hypnotisant que fascinant pour le morceau Apricots, second single de l’album Isles de Bicep annoncé pour le 22 janvier 2021. Pour ce morceau, le duo originaire de Belfast est allé chercher auprès du label Beating Heart des chants traditionnels du Malawi, enregistrés en 1958. Évoluant dans un univers dance électronique progressif, Bicep signe ici le début d’un retour attendu.

Chroniqué par Arthur

Bonnie Banane – Flash

Réalisé par Mati Diop

La talentueuse réalisatrice Mati Diop, nominée au César du meilleur premier film et récompensée en 2019 du Grand Prix du Festival de Cannes pour Atlantique, signe le subtil clip de Bonnie Banane : Flash, où chaque plan a son importance. Entre téléfilm français et histoire d’amour en haut de l’Empire State Building, la réalisatrice dévoile un à un les songes de l’artiste qui revient sur le lieu d’une rencontre. S’interrogeant sur une de ses histoires passées, c’est au dernier étage de la Tour Eiffel que Bonnie Banane finit par en faire le deuil. Troisième clip de l’album Sexy Planet prévu pour le 13 novembre, Bonnie Banane confirme une nouvelle fois sa figure de grand nom de la scène RnB alternative française.

Chroniqué par Arthur

Rejjie Snow, Snoh Aalegra & Cam O’Bi – Mirrors

Réalisé par Machine Operated

Le rappeur irlandais Rejjie Snow s’associe une nouvelle fois à Snoh Aalegra & Cam O’Bi pour nous dévoiler un clip enchanteur et surréaliste. Son nouveau single Mirrors annonce également un second album, deux ans après son premier. Le clip se déroule dans un train où le rappeur traverse les rames et découvre différents univers fantastiques. Des rochers enneigés aux décors aquatiques en passant par la flore tropicale rouge, ce trajet ferré nous fait planer au pays des merveilles.

Chroniqué par Amélie

Vidéoclub & Natalia Lacunza – Enfance 80

Réalisé par Elliot Aubin

Le succès fulgurant de leurs premiers titres a fait de Vidéoclub le symbole d’une jeunesse étincelante qui se vit à 100 à l’heure. Adèle Castillon et Matthieu Reynaud nous avaient délivré en mai dernier Enfance 80, un single aux sonorités rétros célébrant l’esprit des eighties. Dans cette ode à l’insouciance, les jeunes artistes chantent leur angoisse du temps qui fuit. Seule lutte possible : se saisir furieusement de chaque instant de la vie. Aussitôt dit, aussitôt fait, quelques mois plus tard seulement, la version revisitée de leur titre, née d’un coup de cœur réciproque avec la chanteuse espagnole Natalia Lacunza, vient nous cueillir. Enfance 80 se pare de couplets aux accents hispaniques et d’un clip sur les toits signé Elliot Aubin, pour crier plus fort encore, le refus de grandir. Qu’Adèle, Matthieu et Natalia se rassurent, à eux trois, ils n’atteignent pas même les 60 ans.

Chroniqué par Camille

Kazy Lambist feat. Glasses – Twitch

Réalisé par Jean-Charles Charavin et Hugo Jean

Un peu de soleil ne fera de mal à personne. C’est sous la lumière indécente du désert de Joshua Tree (Californie) que Kazy Lambist, accompagné de trois potes montpelliérains, a tourné le clip de Twitch. Ce road-trip halluciné pourrait être sorti de l’imagination folle de Hunter S. Thompson. Et bien non, ce sont deux jeunes parisiens à la tête bien faite, Jean-Charles Charavin et Hugo Jean, qui ont réalisé cette déambulation psychédélique. On ne veut pas savoir la teneur de ce qui a été fumé entre deux cactus. Par contre, on prendrait bien quelques cours de VFX.

Chroniqué par Marin

Kartell – Time

Réalisé par Julie Meyer et Clément Chasseray

La figure emblématique de la scène French Touch 3.0, Kartell, continue de teaser son nouvel EP Daybreak avec l’envolée suave de Time. Les réalisateurs Julie Meyer et Clément Chasseray (Orelsan, Fakear, Vladimir Cauchemar) inscrivent le morceau dans un univers onirique en 3D. Tout en plan-séquence, la réalisation glisse au rythme des accords à la guitare et au clavier. Le producteur français, membre de l’écurie Roche Musique et soutenu par Kaytranada, s’est associé à deux valeurs montantes de la scène anglaise, Coops et Qendresa, afin de produire un titre RnB des plus langoureux.

Chroniqué par Arthur

MorMor – Don’t Cry

Réalisé par Otto Tang

MorMor habille son nouveau single Don’t Cry avec les animations de Otto Tang (Big Mouth) en noir et blanc. Un choix esthétique aussi sombre que son titre, le tout illustré par un sentiment de lassitude et une rythmique anxiogène : ”I‘m tired of the days, they came and went”. Les jours se répètent, l’esprit s’évade tandis que le corps reste prostré de l’autre côté de la fenêtre. Vraisemblablement inspiré par la crise sanitaire actuelle, MorMor dépeint un paysage obscur de l’année passée. Entre la peur et la solitude, le chanteur canadien nous livre sa version d’une histoire sans fin à travers de somptueuses images.

Chroniqué par Zoé

Oscar Anton – bye bye

Réalisé par Oscar Anton & mum

Depuis janvier dernier, Oscar Anton s’affranchit du monde des majors et nous inonde de ses titres à la pop libérée. Devenu son propre directeur artistique, l’auteur, compositeur et chanteur parisien a lancé Home of Insanity, un projet de création indépendante au plus près de ses envies. Chaque mois, un nouveau pack de trois titres vient s’ajouter aux précédents, prolongeant irrémédiablement la liste de nos coups de cœur oscarantoniens. Dernier gros bouleversement en date : Nuits d’été, tiré du pack d’avril. Sa chanson d’adieu bye bye, issue de la dernière salve, se revêt d’un clip minimaliste porté par la voix soul et enveloppante du chanteur. Un clip étrangement réconfortant à l’heure des au revoir forcés.

Chroniqué par Camille

Good Morning TV – Insomniac

Réalisé par Antoine Magnien

Good Morning TV annonce son retour avec Insomniac qui préfigure la sortie de son premier album Small Talk, prévu pour début 2021. Réalisé par Antoine Magnien et librement inspiré par Work n°2811 de l’artiste anglais Martin Creed, le clip illustre parfaitement la dualité entre la recherche du sommeil et les pensées qui viennent troubler notre esprit. Tout en clair-obscur, le morceau est le dernier rempart avant de sombrer dans les bras de Morphée.

Chroniqué par Anoussa

Sunset Rollercoaster – Candlelight feat. OHHYUK

Réalisé par DQM

Le groupe taiwanais de soul psychédélique Sunset Rollercoaster signe son retour avec Candlelight – annonciateur de son quatrième album Soft Storm. Ce clip cinématographique dépeint des funérailles traditionnelles coréennes. Les membres de la famille du défunt vêtus de blanc allument des bougies en sa mémoire. De la tristesse à la colère, le clip réussit à traduire la douleur de la perte de l’être aimé. En featuring, le chanteur sud-coréen OHHYUK apparaît à la lueur d’une bougie, apportant une tension supplémentaire à sa voix unique et pleine d’émotion.

Chroniqué par Amélie

KCIDY – Les Gens Heureux Dansent

Réalisé par Roxanne Gaucherand

Les Gens Heureux Dansent, paraît-il. Le bonheur est là, dans un ballet autoroutier de voitures ou dans un tango consumériste en station-service. Les pieds rivés sur le sol, la chanteuse lyonnaise KCIDY fait figure de personnage burtonien, trop statique pour être heureuse, pas assez fantomatique pour qu’on l’oublie. Il suffit de quelques paroles joliment chantées par Pauline Le Caignec (de son vrai nom) pour qu’elle nous devienne inoubliable. Sa mélancolie ancrée au corps, on ne bougera plus d’un iota en attendant son premier album au printemps 2021 chez Vietnam Label. 

Chroniqué par Marin

Ramo feat. Loïc Fleury – La Saison Des Pluies

Réalisé par Plastic Horse

Le studio anglais Plastic Horse dévoile le personnage de Ramo, un toucan humanisé évoluant dans un Paris imaginaire où se rencontrent humains et animaux. Un superbe clip d’animation pour le titre La Saison Des Pluies en featuring avec Loïc Fleury (Isaac Delusion). Entre vocodeur et synthétiseurs cheaps, Ramo livre un morceau enivrant de pop mélancolique. De quoi patienter jusqu’à la sortie de son prochain EP Demain Sera Superbe, prévu pour janvier 2021. 

Chroniqué par Arthur

Bandit Bandit – Nyctalope

Réalisé par Théo Sauvage

Bandit Bandit révèle Nyctalope, extrait de leur premier EP paru l’an passé, sur les images sulfureuses de Théo Sauvage. Illustré par la passion et la tension dévastatrices, il met en scène les Bonnie & Clyde des temps modernes. C’est l’histoire de la cavale sensuelle d’un couple d’écorchés vifs, un duo indomptable qui se perd au milieu de grands espaces, d’abord le jour, puis de nuit. Le clip est ici rythmé si bien par une couleur psychédélique que par ses images ivres d’amour, de violence puis d’incandescence.

Chroniqué par Zoé

Aurèle feat. Amarou – Numbers

Réalisé par Nissim Norré

Depuis le 29 octobre, la France confinée a découvert que la liberté a un prix. Combien, d’après notre Président bien-aimé ? 135 euros. L’intention d’Aurèle, figure de la nuit parisienne et résident de Rinse France, n’est évidemment pas de nous inciter à l’illégalité. Mais le clip de sa première production, Numbers, aboutit sur une puissante ode à « la ride sous toutes ses formes » : une ride nocturne, festive, indomptable, profonde, joyeuse. Et donc, parfaitement libre. Le réalisateur Nissim Norré nous entraîne dans sa traversée à bécane de Paname, lumières multicolores sur le saute-vent, lignes blanches derrière les roues, regard fixé vers la fin du tunnel. De quoi se souvenir avec délectation de nos fugaces moments de liberté. Tout ça, à 70 km/h sur le périphérique. On avait dit qu’on restait dans la légalité.

Chroniqué par Marin

Faire – La Gaule

Réalisé par Ernest Bouvier

Ernest Bouvier signe le clip énergique et no-futur du morceau La Gaule du groupe français Faire. C’est dans un style new-wave fortement influencé par le genre punk que le groupe projette sa vision du monde et la nécessité d’un changement des mœurs. Un morceau haletant et psychotique qui donne envie d’appuyer sur l’accélérateur. 

Chroniqué par Arthur

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet