fbpx
En cours de lecture
Petit Prince remonte le temps pour un poisson rouge dans « JSP »

Petit Prince remonte le temps pour un poisson rouge dans « JSP »

Marin Woisard

Membre fondateur de l’écurie Pain Surprises Records, Petit Prince continue d’illustrer son album Les plus beaux matins avec la fresque urbaine et absurde de JSP.

Le 4 septembre dernier, Petit Prince nous offrait un déferlement de douceur avec son premier long format Les plus beaux matins. Après la love story entre aliens de Tendresse sur Canapé, le producteur de pop psychédélique remet le couvert avec la déambulation absurde de JSP.

Réalisé par Robin Lachenal, le clip illustre le questionnement existentiel de JSP, acronyme de « Je ne sais pas » pour nos amis boomers en quête de sens. La mise en scène en « vrai-faux » plan-séquence suit l’artiste à travers un bouillonnement frénétique où se croisent sans-abri, squelette flutiste et poisson rouge. Deux temporalités se font face, l’une à rebours et l’autre à l’endroit, perdant Petit Prince dans un ballet digne des obsessions temporelles de Christopher Nolan (coucou Tenet), sans la pyrotechnie pétaradante du cinéaste anglais. Ici, place à un film à dimension humaine qui laisse percer l’humour tendre et les vérités parfois cruelles de la vie selon Petit Prince.

Le poisson rouge se révèle plein de surprises dans les dernières secondes du clip

La petite histoire des clips à l’envers

Avec plus ou moins de réussite, le principe de chronologie inversée a donné naissance à plusieurs concepts de clips par le passé. Le réalisateur Jamie Thraves l’avait expérimenté pour The Scientist des hit-makers de Coldplay, poussant son chanteur Chris Martin à apprendre les paroles à l’envers. Toujours outre-Manche, Ellis Bahl avait illustré Breezeblocks du groupe Alt-J avec une dispute de couple qui commence par la fin. Enfin et surtout, Michel Gondry (cocorico) avait signé l’une des réussites narratives les plus éclatantes en la matière avec Drop, du collectif de rappeurs de la Côte Ouest The Pharcyde.

Derrière son apparente simplicité, Petit Prince s’inscrit dans la longue tradition du rembobinage qui remonte à Georges Méliès. Surtout, le réalisateur Robin Lachenal innove avec sa boucle temporelle peu ou pas vue pour un clip, sans oublier la marque de fabrique absurde de l’auteur-compositeur de JSP. À toi qui restera jusqu’au bout, la surprise d’un poisson rouge tout en synchro labiale vaut le détour.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet