fbpx
En cours de lecture
5 questions à The Geek x VRV pour la sortie de « Time Machine »

5 questions à The Geek x VRV pour la sortie de « Time Machine »

Le duo de beatmakers The Geek x VRV nous offre un voyage dans le temps avec leur premier disque Time Machine où ils réunissent une flopée de collaborateurs prestigieux : Fakear, Gramatik, MØME, TheColorGrey, Anomalie…

À l’époque où les playlists de la chaîne YouTube The Sound You Need étaient de toutes les soirées, on a fait connaissance par écrans interposés avec le tube aux 8 millions de vues de The Geek x VRV It’s Because. C’était en 2013. Depuis, le duo a sorti sa série de beatapes intitulées BOTS, ses deux maxis Electric City en 2015 et Origami en 2016, puis assuré les premières parties du patron Gramatik à travers le monde. Success story à tous les étages.

De la naissance de James Brown à l’explosion du disco

Leur premier album commençait sérieusement à se faire désirer. Axel Rondeau et Vincent Téoulé ont entendu nos prières en sortant le 24 janvier dernier Time Machine, un disque-somme de leurs influences. Avec une idée en point de mire : chaque morceau porte la date d’un moment clef de l’Histoire de la musique. De 1831 à 2015, on retrouve la naissance de James Brown sur Get Funky 1933, l’ambiance cosy des cabarets sur Paris Jazz Club 1920 et l’explosion du disco sur Roller Disco Party 1980.

Avec pas moins de 7 featurings au compteur, dont Gramatik, MØME et Fakear, le duo allume le contact de sa Delorean à toutes berzingues. Nom de Zeus !

Marin : Bonjour Axel et Vincent. Time Machine fait suite à vos célèbres beatapes BTOS dont le premier épisode est sorti en 2013. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant l’album ?

The Geek x VRV : On a attendu d’être assez matures pour pouvoir se mesurer à la création d’un album, c’est un exercice totalement différent des beatapes qui partent de samples. Ici on a tout fait de A à Z : on a créé les drums, les synthétiseurs, on fait appel à des instrumentistes pour les cuivres… C’est un processus très long mais qui en vaut la peine.

M. : Chaque morceau se réfère à une date et un genre musical. Était-ce une manière de synthétiser toutes vos influences ?

G&V : On n’a pas réellement d’affinité prédéfinie mais davantage des influences qui sont dans l’air du temps, comme les années 60/70 avec les beatapes BTOS. On a choisi d’être très large au niveau des époques et des dates avec l’album, pour créer un univers entier à partir de nos inspirations.

M. : Quelle collaboration vous a le plus marqués autour de l’album ?

G&V : C’est forcément Gramatik avec qui on a partagé beaucoup de choses. On l’a rencontré en 2013 au Nouveau Casino à Paris, puis de fil en aiguille on a sorti deux morceaux sur son label : Say It et Magic Travel. Il nous a invités par la suite à faire ses premières parties en Europe et pour sa date à Red Rocks. Après une trentaine de shows ensemble, on est forcément devenu plus proches et c’est tout naturellement qu’on a décidé de collaborer sur des morceaux. L’année dernière, on l’a contacté en lui envoyant deux sons : il a choisi de prendre What She Said pour son album (ndlr, Street Bangerz) et de travailler sur Royale with G’s 2013 qui figure sur le nôtre.

M. : Quelle configuration présenterez-vous en live ?

G&V : On a déjà tourné avec deux saxophonistes et un trompettiste, ce serait génial de pouvoir le refaire pour la tournée de Time Machine. On verra si c’est possible, et pourquoi pas faire un full live band avec une batterie et quelques violons pour une date exclusive sur Paris. Ce serait incroyable.

M. Ma dernière question est la signature chez Arty Magazine. Quelle est votre définition d’un artiste ?

G&V : C’est une personne qui a sa propre vision, qui vit pour son art et le trouvera toujours beau.

RELEASE PARTY DE TIME MACHINE
Samedi 7 mars de 19H30 à 23H
Au Sacré, 142 rue Montmartre 75002 Paris
Événement Facebook

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet