fbpx
En cours de lecture
Sortir à Paris : 60 lieux pourraient ouvrir en plein air cet été

Sortir à Paris : 60 lieux pourraient ouvrir en plein air cet été

La Mairie de Paris a répertorié 60 lieux à l’extérieur pour organiser concerts et soirées cet été, avec la participation d’acteurs de la nuit parisienne.

Le retour des soirées à Paris, plus personne n’y croyait. Et si le rêve devenait réalité cet été ? Frédéric Hocquard, adjoint à la Mairie de Paris en charge du tourisme et de la vie nocturne, a communiqué sur le retour des événements en plein air pour cet été, qui pourraient aboutir sur l’organisation de concerts et de soirées. Cette volonté de la Ville a pris forme au cours d’une réunion vendredi 12 février avec la participation de 120 acteurs de la nuit parisienne, et cela, malgré les incertitudes qui planent encore quant à l’évolution de la pandémie.

Plus de 60 lieux ont été répertoriés pour accueillir des évènements : les places de l’Hôtel de Ville, Bastille, République, Nation, Stalingrad, les hippodromes d’Auteuil et de Longchamp, les parvis des Gares de l’Est et de Saint-Lazare et le Hall 3 de la Gare Montparnasse. Tous ces espaces ont pour trait commun d’être en mesure d’accueillir des jauges importantes sans impliquer de promiscuité, facteur décisif pour contrer la propagation du virus.

 

Le Rex Club, le Gibus et le Badaboum « hors les murs »

2021 ne pourra pas être pire que 2020. L’adjoint de la maire PS Anne Hidalgo souligne que « en 2020, les choses ont été possibles en plein air l’été » avant de préciser qu’il était encore trop tôt pour se pencher sur les protocoles sanitaires à mettre en place. La Préfecture de Police présente lors de la réunion s’est montrée plus prudente au vu de l’imprévisibilité sanitaire : « Si la situation le permettait, sans connaître les règles qui prévaudront cet été, on sera ouvert à examiner toutes les initiatives qui respecteront ce cadre légal. »

C’est surtout une manière d’anticiper les fêtes illégales qui avaient fleuri l’année dernière, notamment au Bois de Vincennes. L’objectif jugé réaliste est d’organiser 50 événements de 1000 personnes avec une organisation au cordeau : « Si l’on veut éviter de subir à nouveau les free parties, il faut une proposition légale et organisée, avec des conditions sanitaires satisfaisantes » souligne l’adjoint à la vie nocturne Frédéric Hocquard.

Des clubs bien identifiés comme le Rex, le Badaboum et le Gibus ont été mis à contribution pour travailler sur une déclinaison estivale « hors les murs » puisque leur réouverture ne se profile pas pour 2021. En tout cas, pas pour l’été.

© 2021 Arty Magazine. Tous droits réservés.

Retourner au sommet